La plus belle salle de cinéma est à l'UdeM

  • Forum
  • Le 7 octobre 2013

  • Mathieu-Robert Sauvé

Avis aux sceptiques, le cinéma en salle reste bien vivant! À preuve, le nouveau système de projection numérique acquis par le Centre d’essai.Le Centre d'essai de l'Université de Montréal inaugure cette semaine un système de projection numérique dernier cri qui a nécessité un investissement de plus de 200 000 $, que les cotisations étudiantes ont permis de réaliser.

 

«Notre installateur de la firme Projectec, de Toronto, nous a dit que nous disposions d'une des meilleures salles de cinéma du pays, tant pour la qualité de l'image que pour le dispositif sonore», lance Gaétan Villandré, responsable des Activités culturelles.

À la veille de la soirée inaugurale, le 7 octobre, qui devrait réunir quelque 200 personnes à l'avant-première montréalaise du film La vie d'Adèle, d'Abdellatif Kechiche, M. Villandré soutient que cet investissement permet la relance du cinéma à l'Université de Montréal. «Le Ciné-Campus a connu un regain de popularité au cours des dernières années, passant de 4000 spectateurs en 2008 à 7000 en 2011. Malheureusement, nous ne pouvions plus nous approvisionner en pellicule 35 mm, car le marché s'est complètement transformé. Depuis janvier 2013, aucun distributeur n'assure l'approvisionnement en pellicule argentique. Nous n'avions pas d'autre choix que de présenter des films à partir de DVD, comme dans un club vidéo, ou de fermer boutique. Le nouveau système de projection est donc une bénédiction.»

Le cinéma en salle n'est pas mort, fait valoir Gaétan Villandré. Aux deux soirées de projection du film L'écume des jours, de Michel Gondry, les 24 et 25 septembre, deux séances ont affiché complet. «Oui, les gens peuvent visionner des films sur leur portable ou sur leur téléphone, mais ce n'est pas comme l'expérience du cinéma sur grand écran.»

Le système mis en place ces dernières semaines vient compléter la rénovation du Centre d'essai, qui avait connu une cure de rajeunissement majeure il y a quelques années afin de permettre la production de spectacles sur scène de qualité. Cette fois, ce sont l'écran de projection, le projecteur numérique et le système sonore qui ont été changés. Non seulement la qualité de l'image répond aux normes de la Society of Motion Picture and Television Engineers, qui fixe celles de l'industrie, mais elle les surpasse sur plusieurs plans. «Le nombre de pixels sur la surface de projection est quatre fois plus élevé que ce qui est recommandé», précise M. Villandré.

Bonne nouvelle pour les cinéphiles: ce n'est pas à eux qu'on refilera la facture des nouveaux équipements. Le prix d'entrée demeure inchangé: 4 $ pour les étudiants et 5 $ pour le grand public.

Prochains films à l'affiche en octobre: Sarah préfère la course, de Chloé Robichaud, Les amants passagers, de Pedro Almodóvar, Les 4 soldats, de Robert Morin, et Jasmine French, de Woody Allen. Signalons que les étudiants participent à la programmation de leur club en prenant part aux consultations des Activités culturelles.

Mathieu-Robert Sauvé