L'Université se souvient d'un grand philanthrope

  • Forum
  • Le 10 octobre 2013

Image: Michel Gravel/La PresseDe nombreux membres de la communauté de l'Université de Montréal ont tenu à rendre hommage à Paul Desmarais, décédé mardi dernier à l'âge de 86 ans.

 

Ce titan du monde des affaires, qui a reçu un doctorat honoris causa de l'Université, a joué, en tant que philanthrope, un rôle majeur dans le développement de l'UdeM. «Son départ nous attriste profondément, a déclaré le recteur, Guy Breton. M. Desmarais et sa famille sont aux côtés de l'Université depuis des décennies. Ils ont été des pionniers de la philanthropie au Québec et ont bien compris le rôle transformateur que peut jouer un partenaire dans un établissement comme le nôtre.»

Paul Desmarais a présidé trois campagnes de financement de l'UdeM, dans les années 80, 90 et 2000. «On lui doit les succès de ces campagnes», dit Chantal Thomas, qui dirige le Bureau du développement et des relations avec les diplômés. Elle rappelle que la dernière campagne, Un monde de projets, qui a pris fin en 2003, a permis à l'UdeM de récolter 218 M$, alors que l'objectif – déjà ambitieux – était de 125 M$. «Il a mis toute son intelligence, son influence et son leadeurship au service de l'Université, indique-t-elle. De plus, il a été lui-même un grand donateur dans chacune de ces campagnes.»

Un don de 5 M$ de l'industriel a permis de bâtir un nouveau pavillon de physiologie, le pavillon Paul-G.-Desmarais, inauguré en 1996. On y trouvait les premiers laboratoires modernes depuis la construction du pavillon Roger-Gaudry sur la montagne dans les années 40. «La vie des chercheurs et des étudiants a été changée, observe le professeur émérite Michel Bergeron, qui était directeur du Département de physiologie à l'époque. Les conditions pour faire de la recherche étaient nettement plus avancées et ce sont tous les patients qui en bénéficient aujourd'hui.»

Le Dr Bergeron se souviendra d'un homme qui préférait la discrétion aux honneurs. C'est la direction de l'Université de Montréal qui a insisté pour que Paul Desmarais donne son nom au nouveau pavillon, mentionne-t-il. Le principal intéressé était peu acquis à l'idée. Il a finalement accepté en comprenant qu'il contribuerait ainsi à faire la promotion de la philanthropie universitaire auprès de la communauté des affaires francophone. Depuis, les pavillons Jean-Coutu, Marcelle-Coutu, Pierre-Lassonde et Claudette-Mackay-Lassonde, J.-Armand-Bombardier et J.-A.-DeSève se sont ajoutés sur le campus.

La générosité de Paul Desmarais a également permis la création en 2005 de la Chaire Power Corporation en sciences physiologiques de l'UdeM, destinée à un jeune chercheur dans ce domaine. Le titulaire actuel est le professeur Numa Dancause. «Grâce à cette chaire, j'ai quitté les États-Unis pour revenir au Québec, où j'ai pu établir rapidement un programme de recherche ambitieux, novateur et productif, à l'image de M. Desmarais», déclare-t-il.

Pour sa part, John Parisella, qui dirige Campus Montréal, la présente campagne de financement regroupant HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l'UdeM, estime que Paul Desmarais a fortement contribué à élargir les horizons de la philanthropie francophone au Québec. «Lui et sa famille ont favorisé l'essor de l'éducation et de la recherche, mais aussi de la culture et de l'engagement communautaire. Ils ont donné l'exemple.» Les campagnes de financement francophones ont de plus en plus de succès, ajoute-t-il. Et elles sont de plus de plus ambitieuses.

L'homme d'affaires n'est plus, mais il a su communiquer son enthousiasme pour la philanthropie à sa famille, qui continue de soutenir le développement de l'Université. Hélène Desmarais, la femme de Paul Desmarais fils, préside le conseil d'administration de HEC Montréal et copréside Campus Montréal. Sophie, fille du grand philanthrope et chanteuse, est ambassadrice du Big Band de l'UdeM, qu'elle soutient financièrement et avec qui elle se produit à l'occasion. Et Jacqueline, sa femme, parraine de nombreux jeunes artistes, dont plusieurs sont étudiants à la Faculté de musique. «Les Desmarais donnent avec le cœur, fait remarquer Isabelle Panneton, doyenne de la faculté. Elles font bien plus que soutenir financièrement de jeunes talents. Elles les accompagnent et, parce qu'elles sont de véritables passionnées de musique, elles apportent à ces artistes émergents une reconnaissance immense.»

Sur le campus, Paul Desmarais laisse le souvenir d'un homme qui, malgré son ascendant sur le monde de la finance, étonnait par son amabilité et son humilité. La chancelière de l'Université, Louise Roy, qui l'a rencontré à plusieurs reprises, acquiesce. «Tout ce qui a été dit au sujet de sa simplicité, de son sens de l'humour et de sa très grande culture est vrai.»

François Guérard
Collaboration spéciale


 

Création du Fonds Paul-Desmarais

Pour rendre hommage à un grand philanthrope, l'UdeM vient de créer le fonds de dotation Paul-Desmarais. Ce fonds sera consacré aux priorités institutionnelles et l'on peut y faire un don dès maintenant. «L'appartenance de M. Desmarais allait à la grande famille de l'UdeM, c'est pour elle qu'il s'engageait. C'est pourquoi ce fonds constituera un nouveau levier pour le développement de l'ensemble de l'Université», explique Chantal Thomas, directrice du Bureau du développement et des relations avec les diplômés.