Des psychiatres dans la rue

  • Forum
  • Le 4 novembre 2013

  • Dominique Nancy

Des psychiatres iront à la rencontre des itinérants, dont la moitié souffriraient de troubles mentaux non traités.Les itinérants qui ont besoin de soins psychiatriques sont laissés à eux-mêmes dans les rues de Montréal sans être véritablement soignés. Ils passent sans arrêt de la rue à l'hôpital et de l'hôpital à la rue sans bénéficier d'un suivi médical.

 

Ce «phénomène des portes tournantes» est à l'origine de la clinique pour sans-abris qui va ouvrir ses portes le 12 novembre à Montréal.

«Plus de 50% des itinérants souffrent de troubles de santé mentale graves et ne sont pas traités. Avec la clinique, on veut prendre ces gens en charge et améliorer l'efficacité des soins aux sans-abris», souligne le Dr Paul Lespérance, chef du Département de psychiatrie au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), professeur à la Faculté de médecine de l'UdeM et l'un des principaux instigateurs du projet.

Implantée à l'intérieur de la Mission Old Brewery, au centre-ville, la clinique comprend une salle d'attente, une salle d'examen et deux salles de consultation. Actuellement, six lits sont disponibles pour les patients aux prises avec des problèmes de santé mentale et ayant besoin de recevoir des soins sur une plus longue période. La clinique peut compter sur un travailleur social rémunéré par l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM), qui sera appuyé par des intervenants des équipes cliniques du Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance et du Département de psychiatrie du CHUM. Enfin, trois psychiatres du CHUM assumeront une présence à la clinique à tour de rôle.

Cette approche sociale de la psychiatrie est très exigeante, mais essentielle aux yeux des médecins avec qui travaille le Dr Lespérance. Cette clientèle plus fragile exige une approche clinique particulière et adaptée à ses besoins. Mais elle a aussi droit à des soins de qualité.

En 2011, le Dr Lespérance et son équipe ont déposé un ambitieux projet de soins spécialisés pour les sans-abris à l'ASSSM. Cette proposition, estimée à huit millions par année, a été refusée. «Je ne pouvais pas laisser tomber le projet tant pour ceux qui l'avaient imaginé que pour les itinérants», dit-il. En collaboration avec l'Agence et le directeur général de la Mission Old Brewery, l'équipe du Dr Lespérance a décidé de se consacrer à l'un des éléments du projet initial: la clinique.

«Pour l'instant, il s'agit d'un projet pilote d'un an, affirme le psychiatre. On veut démontrer que cette approche fonctionne. En se rendant directement dans leur milieu, on espère pouvoir assurer un meilleur suivi à nos patients itinérants.»

Dominique Nancy

 

À lire aussi

Dossier spécial

Reconnaitre l'engagement
communautaire

Journal Forum, 4 novembre 2013