Michel Barcelo (1938-2013)

  • Forum
  • Le 11 novembre 2013

Michel BarceloProfesseur titulaire retraité de l'Institut d'urbanisme, Michel Barcelo nous a quittés le 26 octobre dernier, non sans avoir assisté, dans les jours qui ont précédé son décès, au gala du 50e anniversaire de fondation et à l'assemblée annuelle de l'Ordre des urbanistes du Québec, dont il avait été nommé membre émérite en 2012.

 

Après avoir fait ses études classiques au collège Jean-de-Brébeuf (1956), Michel a été admis à l'École d'architecture de Montréal, où il a obtenu son diplôme en 1961. Après un bref passage au service d'urbanisme de la Ville de Montréal, il s'est inscrit au programme Civic Design de la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Édimbourg, programme qu'il a terminé avec succès en 1965. Il entreprend alors une longue et fructueuse carrière au cours de laquelle alterneront l'enseignement universitaire et la pratique professionnelle.

Sa première expérience à titre d'urbaniste se déroule dans une agence française chargée de la conception d'une ville nouvelle. En 1965, il revient au pays et est engagé par l'École d'architecture, récemment rattachée à l'Université de Montréal. Au moment de la création de la Faculté de l'aménagement, en 1968, il se lance, à titre de directeur de l'aménagement, dans l'aventure du Service d'aménagement du territoire de la région aéroportuaire de Mirabel, puis passe au ministère fédéral des Affaires urbaines, où il occupe, de 1971 à 1976, le poste de directeur du développement urbain pour la région de l'Ontario.

En 1977, Michel devient professeur à l'Institut d'urbanisme, qu'il ne quittera qu'en 2006, au moment de prendre sa retraite. Ce qui ne l'empêchera pas de réaliser, à titre de conseiller professionnel, de brefs séjours au service d'urbanisme de la Ville de Montréal. Homme d'une grande culture, il a combiné avec brio esprit critique et curiosité intellectuelle. L'étalement urbain, la reconstruction des villes allemandes après la Deuxième Guerre mondiale, l'urbanisme opérationnel, la mesure de la qualité environnementale urbaine, l'urbanisation de la Chine ainsi que le design urbain auront été quelques-uns de ses champs d'intérêt.

Vouant une véritable passion à la ville, à l'urbanisme et à l'architecture, il était un Montréaliste dans l'âme. La métropole n'avait guère de secret pour lui. Il ne s'est toutefois pas contenté de l'apprivoiser en professionnel de l'urbanisme. Chez Michel Barcelo, la compétence professionnelle se doublait en effet d'une sensibilité d'artiste. Une sensibilité qu'avait perçue son oncle, un dénommé Marc-Aurèle Fortin, qui lui apprit les rudiments du dessin au moment où, encore enfant, il avait dû faire un séjour prolongé à l'hôpital.

Tout au long de sa carrière et au gré de ses pérégrinations et de ses séjours dans des universités à l'étranger, Michel aura su cultiver ce regard qui guide la main et permet de saisir ce que la photographie ne peut capter. Il en est résulté de nombreux carnets de croquis de voyages, un nombre impressionnant d'aquarelles et un superbe ouvrage de plus de 130 dessins à l'aquarelle représentant des rues de Montréal, ouvrage paru aux Éditions GID quelques jours seulement avant sa mort et dont il aura pu apprécier la qualité des reproductions.

Michel laisse dans le deuil sa conjointe, Michèle Bertrand, ainsi que de nombreux collègues qui ont toujours pu compter sur sa grande générosité.

Gérard Beaudet,
urbaniste émérite et professeur titulaire à l'Institut d'urbanisme