Chaires de recherche du Canada : 9,5 M$ pour l'UdeM

Le ministre d'État (Sciences et Technologie), l'honorable Greg Rickford, a fait l'annonce du soutien financier offert à la recherche par le programme des Chaires de recherche du Canada (CRC).

 

À l'Université de Montréal, ce soutien s'élève à 9,5 millions de dollars pour le concours des CRC d'octobre 2012, réparti entre cinq chaires de niveau 1 et cinq chaires de niveau 2.

Les nouveaux titulaires de chaire de niveau 2 de l'UdeM, au nombre de quatre, mèneront des recherches qui permettront de répondre à des questions que de nombreuses personnes se posent, par exemple :

L'arrivée du numérique a-t-elle modifié la façon dont les chercheurs communiquent ?

Le processus par lequel les chercheurs créent et diffusent les nouvelles connaissances évolue constamment. Le programme de recherche de Vincent Larivière vise à décrire et comprendre comment l'information numérique a changé la production, la diffusion et l'assimilation des connaissances, notamment dans le domaine scientifique. Vincent Larivière est professeur l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information de la Faculté des arts et des sciences et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante. Il obtient par ailleurs une subvention de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) pour mettre en place son laboratoire de recherche.

La vitamine K et les os jouent-ils un rôle dans le métabolisme du glucose ?

La vitamine K est un nutriment essentiel. Elle est nécessaire à la synthèse de facteurs de coagulation et de protéines impliquées dans la minéralisation osseuse. Une déficience en vitamine K n'aurait pas seulement un effet sur la coagulation sanguine ou la calcification osseuse mais elle favoriserait aussi le développement de l'obésité et du diabète. Mathieu Ferron, professeur à la Faculté de médecine et chercheur à l'IRCM, cherche à comprendre ce qui unit ces éléments. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les modifications post-traductionnelles de protéines et le métabolisme et a en outre obtenu une subvention de la FCI afin d'acquérir les équipements nécessaires à ses recherches.

Est-ce que mes gènes font de moi une personne plus vulnérable aux infections bactériennes ?

En dépit des avancées médicales sur les vaccins et les antibiotiques, on compte encore 15 millions de morts par année causées par des maladies infectieuses. Les variations inter-individuelles à la susceptibilité aux infections bactériennes seraient dues en partie à des facteurs environnementaux et en partie à des facteurs génétiques chez l'hôte. Ce sont ces derniers que Luis Barreiro tente de déterminer et de comprendre afin de trouver de nouvelles stratégies de prévention contre les infections bactériennes. Ce jeune chercheur au centre de recherche du CHU Ste-Justine et professeur à la Faculté de médecine est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle et évolutionnaire du système immunitaire.

Comment les micro-organismes évoluent-ils ?

Alors que Luis Barreiro s'intéresse aux  variations génétiques chez l'hôte des bactéries, Jesse Shapiro, lui, s'attache aux variations génétiques de bactéries et autres micro-organismes en constant processus d'adaptation à leur environnement. Il suit les modifications des populations microbiennes en temps réel afin de comprendre leur transformation et prédire leur adaptation à des environnements changeants comme l'intestin humain pour Vibrio cholerae (la bactérie responsable du choléra). Le jeune chercheur du Département de sciences biologiques de la Faculté des arts et des sciences s'intéresse également aux cyanobactéries qui colonisent de nombreux lacs au Québec. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique microbienne évolutionnaire, à laquelle s'ajoute une subvention de la FCI pour le mise sur pied de son laboratoire de séquençage et d'analyses.

Après avoir été titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication en éducation (niveau 2) pendant 10 ans, Thierry Karsenti, Faculté des sciences de l'éducation, se voit octroyer une CRC de niveau 1. Cet avancement lui permettra de poursuivre son travail sur les technologies de l'information et de la communication tant du point de vue de l'apprenant que du personnel enseignant et du chercheur.

Enfin, le concours d'octobre 2012 a également permis le renouvellement de 5 chaires, soit :

     

  • Javier Di Noia, professeur à la Faculté de médecine et chercheur à l'IRCM, titulaire de la Chaire de recherche du Canada niveau 2 sur la diversité génétique ;
  • Pierre Drapeau, professeur à la Faculté de médecine et directeur du Département de pathologie et biologie cellulaire, titulaire de la Chaire de recherche du Canada niveau 1 en neuroscience ;
  • Pavel Hamet, professeur à la Faculté de médecine et chercheur au CRCHUM, titulaire de la Chaire de recherche du Canada niveau 1 en génomique prédictive ;
  • Vincent Poitout, professeur à la Faculté de médecine et directeur scientifique du CRCHUM, titulaire de la Chaire de recherche du Canada niveau 1 sur le diabète et la fonction bêta pancréatique ;
  • Alain Verreault, professeur à la Faculté de médecine et chercheur à l'IRIC, titulaire de la Chaire de recherche du Canada niveau 1 sur l'assemblage des nucléosomes et l'intégrité du génome.
  •  

Le vice-rectorat à la recherche, à la création et à l'innovation tient à féliciter tous ces chercheurs et leur souhaite le meilleur des succès dans leur recherche.

Plus d’informations sur le site des Chaires de recherche du Canada