Geneviève Cloutier: lauréate de la Bourse du 6 décembre

La lauréate de la Bourse du 6 décembre, Geneviève Cloutier, entourée du recteur Guy Breton, de Marie-Thérèse Chicha, Louise Roy et Claude Benoit.Le Comité permanent sur le statut de la femme de l'Université de Montréal est heureux d'offrir la Bourse du 6 décembre à Geneviève Cloutier, étudiante à l'École de relations industrielles. Madame Cloutier reçoit cette bourse de 5000 $ pour son projet de doctorat dont le thème est La violence et le harcèlement que subissent les femmes dans les métiers spécialisés.

 

Bien que de nombreux efforts aient été déployés par les employeurs dans leur processus de recrutement, après l'entrée des femmes dans les emplois de production, des difficultés persistent. Le problème des femmes dans les secteurs masculins ne se situe pas seulement au niveau de la sélection des femmes, mais également au niveau de leur intégration. En fait, les femmes qui choisissent des emplois non traditionnels auraient des conditions de travail plus défavorables. Quelques études ont révélé le haut niveau de harcèlement que vivaient les femmes dans les emplois non traditionnels. La forme de violence la plus présente est davantage sexuelle en étant basée sur le fait d'être une femme. Le projet de thèse de Geneviève Cloutier s'intéressera aux facteurs explicatifs de la discrimination et du harcèlement que vivent les femmes dans les métiers spécialisés, tels les métiers d'électricien, de mécanicien, de soudeur, de tuyauteur, de peintre, de charpentier et d'opérateur de machinerie lourde. Plus précisément, il sera question du rôle respectif de l'État, des pratiques de gestion de l'employeur, des pratiques syndicales ainsi que du soutien et des réactions des collègues de travail.

La Bourse du 6 décembre

L'Université de Montréal remet chaque année la Bourse du 6 décembre. Lancée en 2005 à l'initiative du Comité permanent sur le statut de la femme, cette bourse commémore la tragédie de l'École polytechnique, en soutenant la recherche sur les meilleurs moyens d'enrayer la violence faite aux femmes. D'une valeur de 5 000 $, elle est accordée selon la qualité du dossier scolaire, la qualité scientifique du projet et selon sa pertinence au regard des enjeux liés à la violence faite aux femmes. La remise de cette bourse vise à accroître les possibilités de formation desétudiants inscrits dans un programme de maîtrise ou de doctorat à l'Université de Montréal, et de développer ou soutenir des activités de recherche portant sur la violence faite aux femmes.