La FEP reconnaît désormais la valeur de l'expérience

  • Forum
  • Le 3 février 2014

  • Mathieu-Robert Sauvé

Une personne inscrite au programme de coopération internationale qui possède une solide expérience sur le terrain pourrait se voir exemptée des cours Gestion de projets et coopération ou Coopération et interculturalisme, pour ne donner qu’un exemple. (Photo: Nazarene Missions International)« Un adulte apprend de façon continue tout au long de sa vie, dans des contextes multiples et avec des moyens variés, notamment à partir de ses propres expériences », peut-on lire sur le site de la Faculté de l'éducation permanente (FEP) de l'Université de Montréal en introduction à la toute nouvelle politique de reconnaissance des acquis expérientiels.

 

Appliquée depuis la rentrée de janvier, cette politique permet aux étudiants adultes de voir un ou plusieurs cours de leur programme être reconnus en fonction de leur expérience. « Les universités offrent l'occasion d'une réorientation de carrière et, pour plusieurs candidats, il est essentiel de voir une partie de leur expertise reconnue. Cela rend leur parcours plus conséquent tout en leur permettant de gagner du temps », explique le doyen de la faculté, Christian Blanchette.

Il ajoute que ce processus devait être très rigoureux de façon à assurer une formation adéquate. Les candidats qui veulent profiter de la nouvelle politique doivent d'abord examiner les plans des cours qu'ils souhaitent se voir créditer et ensuite se soumettre à un examen à choix multiple, ce qui demande une préparation minutieuse. Ils doivent aussi monter un portfolio professionnel. Ces exigences peuvent leur demander jusqu'à 15 heures de travail.

L'exemption de cours est limitée aux étudiants inscrits à un programme de la FEP. Dans les premières phases de la mise en place de la politique, deux cours par programme font l'objet d'une reconnaissance potentielle. Par exemple, une personne inscrite au programme de coopération internationale qui possède une solide expérience sur le terrain peut se voir exemptée des cours Gestion de projets et coopération ou Coopération et interculturalisme. Ou encore l'étudiant en journalisme peut demander une exemption pour les cours La presse écrite et en ligne et La presse audiovisuelle selon son parcours professionnel. Une trentaine de cours sont sur la liste. Ceux-ci ont été choisis en consultation avec le milieu professionnel. D'autres cours se rajouteront à la liste au fil du temps.

Christian Blanchette (Photo: Jean-François Hamelin)

Une approche originale

Adoptée à l'unanimité en novembre dernier par la Commission des études, la politique a nécessité un long travail de rodage depuis les deux dernières années. Un projet pilote a été mené auprès d'une soixantaine de candidats dont on a recueilli les commentaires et suggestions. Le procédé retenu diffère de celui de la plupart des autres établissements d'enseignement supérieur. « Chez nous, c'est le portfolio et l'examen qui déterminent si vous possédez suffisamment la matière, explique le doyen. Cela nous a semblé une approche plus objective que l'entrevue personnalisée. »

La possibilité d'une rencontre avec les responsables du programme n'est pas exclue, mais seulement à la troisième étape. Elle fait partie du processus d'appel si les autres moyens ne sont pas concluants.

L'équipe de la FEP offre aux personnes intéressées « un soutien personnalisé » tout au long de la démarche. Elle les conseille dans le choix de cours pertinents en comparant les savoirs maîtrisés avec ceux qu'il reste à acquérir. « Les candidats doivent d'abord se demander si cette politique peut s'appliquer à leur cas. Dans la négative, il vaut mieux s'inscrire au cours », résume le doyen.

En plus du Service de reconnaissance des acquis expérientiels, le secteur Succès étudiant de la FEP regroupe des services et des programmes pouvant répondre à différents besoins de l'étudiant adulte. Un service de conseil à la persévérance aide à prévenir le décrochage; un certificat d'études individualisées permet un parcours sur mesure et le programme Accès-FEP est une banque de cours à partir de laquelle on élabore un parcours universitaire.

Pour Christian Blanchette, l'adoption de cette politique représente une victoire historique, car elle figurait sur les procès-verbaux du conseil de la faculté depuis... 1978. « Au moins une fois par décennie, on a mis sur pied des comités chargés de se pencher sur la question. Mais tous les projets sont tombés à l'eau. »

Ce qui a permis de mener le projet à terme cette fois? Le dynamisme de l'équipe, le recours à un groupe de candidats dont on notait les réactions et cette approche originale basée sur l'examen et le portfolio professionnel, estime M. Blanchette. Celui-ci tient à souligner l'appui de la direction de l'Université, qui s'est montrée ouverte à la formation continue.

Mathieu-Robert Sauvé