Le projet SEUR veut ouvrir une voie pour les jeunes autochtones

  • Forum
  • Le 10 février 2014

  • Martin LaSalle

Selon les données du recensement de 2006, on estime que seulement 8 % des Canadiens autochtones âgés de 25 à 64 ans possèdent un diplôme universitaire, comparativement à 23 % chez les non-autochtones du même groupe d'âge.

 

Certaines études indiquent même qu'environ deux élèves amérindiens sur trois quittent l'école avant d'avoir terminé leurs études secondaires.

Au-delà de ces statistiques qu'il faut interpréter avec prudence, un impératif se dégage : faire disparaître les obstacles à la persévérance et à la réussite scolaires qui se dressent devant les jeunes autochtones.

C'est le défi auquel a voulu s'attaquer le projet SEUR (Projet de sensibilisation aux études, à l'université et à la recherche) de l'Université de Montréal en créant, à l'été 2013, le volet Jeunes autochtones.

Un défi qui stimule les deux chargés de projet de ce volet, Emanuelle Dufour, étudiante à la maîtrise en anthropologie à l'UdeM, et Guillaume Picard, un jeune entrepreneur issu de la nation huronne-wendate.

Selon eux, il ne suffit pas de demander aux élèves autochtones de persévérer et de fréquenter l'université pour qu'ils y affluent. Ils ont besoin d'une motivation et de mentors tout au long de leur parcours universitaire.

De plus, Emanuelle Dufour estime que l'UdeM pourrait améliorer l'accueil et l'accompagnement des étudiants autochtones pendant leur séjour sur le campus, par exemple en leur offrant des services comme le soutien à l'apprentissage, l'aide psychosociale, le tutorat, l'aide financière, la coordination de la vie étudiante, etc.

« Sans oublier de mettre un local à leur disposition et de créer des occasions de rapprochement allochtones-autochtones ou des activités de sensibilisation aux cultures autochtones », ajoute Mme Dufour.

« À long terme, nous souhaitons parvenir à modifier la perception qu'ont les jeunes autochtones de l'université et à changer l'université dans l'accueil qu'elle leur réserve », expose Guillaume Picard.

« Nous désirons leur apprendre à installer les racines de leur arbre au sein de l'université, y construire une cabane, manger les fruits des autres arbres tout en partageant ceux qui poussent dans le leur », soutient-il de façon imagée.

Une invitation aux étudiants autochtones de l'UdeM

Les responsables du projet SEUR lancent une invitation aux membres de la communauté universitaire et plus particulièrement aux étudiants autochtones de l'Université de Montréal afin qu'ils s'engagent dans le volet Jeunes autochtones à titre de guides, de conférenciers ou de mentors.

Il sera aussi possible de participer à l'organisation d'une semaine d'immersion pour jeunes autochtones sur le campus de l'UdeM, qui aura lieu au début du mois d'août grâce à l'appui du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec et de nombreux partenaires.

Les personnes désireuses de vivre cette expérience culturelle enrichissante doivent communiquer avec Emanuelle Dufour au 514 343-6111, poste 3365, ou écrire à info@seur.qc.ca.

Martin LaSalle

 


À lire aussi