Approche prometteuse pour le traitement de la leucémie découverte par l'IRIC de l'UdeM

Manuel Buscarlet, chercheur postdoctoral, et Julie Lessard, chercheuse principale à l’IRICUn groupe de chercheurs de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l'Université de Montréal a découvert une nouvelle approche prometteuse pour le traitement de la leucémie en inactivant un gène qui est responsable de la progression de la maladie.

 

Ce gène, appelé Brg1 est un régulateur clé des cellules souches leucémiques qui sont à l'origine de la maladie, de la résistance aux traitements et des rechutes.

Julie Lessard, chercheuse principale à l'IRIC et professeure à la Faculté de médecine de l'UdeM, et ses collègues de l'IRIC ont passé les quatre dernières années à étudier ce gène en collaboration avec un autre groupe de chercheurs à l'Université Stanford en Californie. Les résultats de cette étude sont présentés cette semaine dans la prestigieuse revue scientifique Blood.

« Nous avons démontré qu'en retirant le gène Brg1, les cellules souches leucémiques sont incapables de se diviser, de survivre et de former de nouvelles tumeurs. En d'autres termes, le cancer est définitivement stoppé », déclare Julie Lessard.

Une difficulté dans l'éradication des cellules souches cancéreuses est que de nombreux gènes essentiels à leur fonction sont également indispensables aux cellules souches normales. De ce fait, les thérapies ciblant les cellules cancéreuses peuvent aussi endommager les cellules souches saines. « Étonnamment, nos travaux ont montré que le gène Brg1 n'est pas essentiel à la fonction des cellules souches normales du sang, ce qui en fait une cible thérapeutique prometteuse dans le traitement de la leucémie », ajoute Pierre Thibault, chercheur principal à l'IRIC et coauteur de cette étude.

L'étude a montré des effets remarquables sur les animaux de laboratoire et les cellules leucémiques humaines, mais il reste un long chemin à parcourir pour traduire cette découverte en applications cliniques. « La prochaine étape sera de développer une molécule inhibitrice qui permettra de bloquer efficacement la fonction du gène Brg1 dans la leucémie», déclare Guy Sauvageau, chef de la direction et chercheur principal à l'IRIC, ainsi qu'hématologue à l'Hôpital Maisonneuve–Rosemont et coauteur de cette étude.

Le groupe de l'IRIC effectue actuellement des expériences pour identifier des médicaments pouvant bloquer le gène Brg1 et empêcher les cellules souches leucémiques de générer des cellules malignes.

Les cellules souches cancéreuses semblent être plus résistantes à la radiothérapie et à la chimiothérapie que l'ensemble des cellules de la tumeur et, par conséquent, sont souvent responsables des rechutes. L'éradication des cellules souches leucémiques résiduelles est donc la clé pour empêcher de façon irréversible la croissance tumorale et obtenir des rémissions à long terme chez les patients. « Nos études démontrent que le gène Brg1 est essentiel pour l'auto-renouvellement, la division et la survie des cellules souches leucémiques. Par conséquent, cibler le gène Brg1 dans les cellules souches leucémiques pourrait permettre de nouvelles possibilités thérapeutiques en empêchant la rechute », confirme Julie Lessard.

 

Étude citée :
Buscarlet M., Krasteva V., Ho L., Simon C., Hébert J., Wilhelm B., Crabtree G.R., Sauvageau G., Thibault P., Lessard J.A.
Essential role of BRG, the ATPase subunit of BAF chromatin remodeling complexes, in leukemia maintenance.
Blood. 2014 Jan 29. [Epub ahead of print]

Institut de recherche en immunologie et en cancérologie :
Créé en 2003, l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l'Université de Montréal a pour mission de vaincre le cancer différemment et de former des scientifiques de demain. Pôle de recherche réunissant des chercheurs de renom et disposant d'équipements à la fine pointe de la technologie, l'Institut a acquis une réputation d'excellence au sein de la communauté scientifique canadienne et internationale. Ce nouveau modèle de recherche axé sur la complémentarité de l'expertise et l'innovation constitue la clé de son succès.

Relations avec les médias :
Manon Pepin
Directrice des communications et relations avec les médias
Institut de recherche en immunologie et en cancérologie ?IRIC
Université de Montréal
Tél. : 514 343-7283