Plongez dans la pensée chinoise en images

  • Forum
  • Le 17 février 2014

  • Mathieu-Robert Sauvé

Les deux soldats sont inspirés des célèbres statuettes en terre cuite du site archéologique de la région de Xi’an.L'absence de nom au commencement du ciel et de la terre. Voilà le titre d'une œuvre peinte à l'encre sur papier artisanal par Zhi Yangbao, un artiste chinois qui l'a réalisée à la demande d'Anna Ghiglione, professeure au Département de philosophie de l'Université de Montréal, de passage l'an dernier à l'Université de Pékin.

 

« C'est une peinture magnifique, inspirée d'un texte taoïste sur la cosmologie chinoise », explique la sinologue, qui confie son attachement particulier pour cette œuvre qui figure parmi les 35 exposées jusqu'au mois de mai prochain au Carrefour des arts et des sciences du pavillon Lionel-Groulx.

Pour cette exposition originale, qui a fait l'objet d'une première présentation publique dans la capitale chinoise en 2013, mais qui peut être vue pour la première fois par le public nord-américain, Mme Ghiglione a invité des artistes pékinois à produire des œuvres picturales et des calligraphies à partir d'autant de textes témoignant de la pensée chinoise traditionnelle. Peintures, estampes et photos de rouleaux constituent les objets exposés. L'encre de Chine y est en vedette.

Le char et le cheval sont des symboles que l’artiste a choisis afin d’illustrer le pouvoir absolu du prince.Les calligraphies, traduites en français dans un cartel, reprennent les pensées des grands auteurs, anonymes ou pas, qui ont servi d'inspiration aux artistes. On y trouve des extraits du Livre de la voie et de la vertu, du Zhuangzi, des Entretiens de Confucius avec ses disciples, du Livre des mutations et de L'art de la guerre selon Sunzi, des ouvrages écrits au 6e siècle avant notre ère ou après. « L'encre de Chine, avec sa profondeur nocturne exquise, trace les repères de ce parcours original vers une compréhension intégrée des écoles de sagesse de l'époque dite classique », écrit Mme Ghiglione dans sa présentation.

Elle invite la communauté universitaire à se laisser émouvoir par ces œuvres, qui illustrent cette pensée millénaire. La sinologue, qui pratique elle-même la calligraphie et la peinture chinoise depuis plus de 25 ans, a réalisé ce projet sous son nom chinois An Wenxue. Elle tient à remercier la Direction des relations internationales de l'UdeM, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, l'Université de Pékin et l'Institut Confucius de Pékin, qui lui ont permis de séjourner dans la capitale chinoise entre les mois d'août 2012 et 2013. C'est à cette occasion qu'elle a rassemblé les artistes qui ont rendu cette exposition possible.

Mathieu-Robert Sauvé

La Chine des sages en images, Carrefour des arts et des sciences,
pavillon Lionel-Groulx, salle C-2081. Entrée libre.

(Photos: Andrew Dobrowolskyj)