Une nouvelle vitrine pour mieux joindre experts et chercheurs

  • Forum
  • Le 17 février 2014

  • Mathieu-Robert Sauvé

Mille trois cents chercheurs figurent dans le tout nouveau répertoire de la recherche de l'Université de Montréal; on y trouve leur champ d'expertise, leur parcours, leurs activités de recherche en cours et, bien sûr, leurs coordonnées.

 

« Cet outil est essentiel pour mieux connaître, mettre en valeur et trouver les professeurs qui mènent des travaux de recherche dans toutes les disciplines couvertes par l'UdeM et ses partenaires », explique Annick Hernandez, directrice du Centre d'expertise numérique pour la recherche (CEN-R).

À la suite de deux consultations auprès des chercheurs, qui ont permis de mettre à jour les renseignements contenus dans la vitrine avant sa mise en ligne, quelque 400 chercheurs ont actualisé leur fiche. Et 800 experts ont aussi accepté d'être disponibles pour répondre aux questions des journalistes. Ces universitaires de tous horizons forment Le répertoire d'experts à l'intention des médias, un outil précieux pour les relations avec la presse. « Nous recevons de nombreuses demandes par jour de la part des journalistes et il est fondamental pour nous de bien connaître les expertises de notre communauté, en particulier celles des nouveaux membres du personnel », signale l'attachée de presse pour les médias d'expression française du Bureau des communications et des relations publiques (BCRP), Julie Cordeau-Gazaille.

C'est en 2011 que le CEN-R a eu le mandat d'étendre le répertoire des chercheurs de l'UdeM aux chercheurs associés des hôpitaux et des centres de recherche affiliés. Après une consultation du Bureau Recherche–Développement–Valorisation, du BCRP et de la Direction des relations internationales, le travail a duré deux ans et a permis de réorganiser les listes de professeurs et d'unités, de diversifier l'information qu'elles contenaient, de rafraîchir le visuel des répertoires et d'introduire un classement pour décrire les objets de recherche. « Nous avons choisi d'utiliser la Classification de la recherche universitaire des Fonds de recherche du Québec de façon à uniformiser les termes de recherche et faciliter le repérage des chercheurs », précise Mme Hernandez.

Répertorier la recherche

Mmes Hernandez et Cordeau-Gazaille ne doutent pas que le nouveau répertoire permettra un meilleur accès aux chercheurs et experts. (Photo: Martin LaSalle)La directrice du CEN-R, qui a une double formation d'informaticienne et d'anthropologue, rappelle que le rôle de son unité est de « soutenir les chercheurs dans leurs projets de recherche et de valorisation des résultats de la recherche par les technologies de l'information et de la communication ».

Les usagers de la vitrine des professeurs sont de divers ordres. En plus des conseillers et des administrateurs universitaires, des représentants d'organismes subventionnaires et de partenaires de recherche, les étudiants peuvent y trouver d'innombrables renseignements utiles. Même un directeur de recherche... « De plus en plus, mentionne Mme Hernandez, les étudiants consultent ce genre de banque de données pour connaître les professeurs susceptibles de les aider aux cycles supérieurs. D'où l'importance de la mettre à jour. »

La vitrine répond aux questions suivantes : quels sont les grands domaines et les expertises de recherche des professeurs? Qui travaille avec qui? Qui travaille où (unités de recherche, lieux, collaborateurs étrangers)? Comment joindre un professeur?

En ligne depuis le mois d'octobre 2013, elle présente un visuel dynamique et un contenu enrichi. On s'est appliqué à simplifier sa consultation. Les fiches incluent des références aux collègues d'ici et d'ailleurs et peuvent même héberger des photos et des vidéos.

Conflits armés et... cordes à linge

Les responsables insistent sur le fait que le répertoire est un outil qu'on met à jour constamment. « Comme son contenu est bâti sur une participation volontaire des répondants, j'invite la communauté à prendre part massivement à la construction de cette vitrine, souligne Mme Hernandez, car elle atteindra son plein potentiel uniquement si les données ne sont pas obsolètes. D'ailleurs, l'équipe de la vitrine peut répondre aux questions des chercheurs. »

Même message de la part de Mme Cordeau-Gazaille. « Nous devons connaître le mieux possible les spécialités de nos professeurs de manière à mieux répondre aux demandes des médias », dit-elle.

Car la relationniste doit trouver en quelques minutes des spécialistes capables d'éclairer le public sur des sujets extrêmement divers. Il peut s'agir de se prononcer sur les enjeux des conflits en Égypte et en Syrie, mais aussi sur... la pertinence des cordes à linge. On voulait débattre à la radio de l'utilité de ces objets précieux pour les uns, affreux pour les autres. Elle a recommandé un spécialiste de l'architecture de paysage qui s'est très bien débrouillé.

Mathieu-Robert Sauvé