Renaud Manuguerra représentera l'UdeM au concours étudiant de l'ACFAS

Le doctorant Renaud Manuguerra représentera l'UdeM lors de la finale nationale du concours Ma Thèse en 180 secondes (photo: Amélie Philibert).« Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » Cette citation de Nicolas Boileau est l'une des préférées de Renaud Manuguerra, étudiant au doctorat en sciences biomédicales. Le jeune spécialiste de médecine régénérative et des cellules souches représentera l'UdeM lors de la finale du populaire concours de l'Acfas, Ma Thèse en 180 secondes (MT180). Le sujet de sa thèse... express? Cellules souches mésenchymales en médecine régénérative : modèles in vitro et thérapie cellulaire pour le glaucome à angle ouvert.

 

Malgré ses nombreuses années passées dans le milieu de la recherche, Renaud Manuguerra souhaite orienter sa future carrière à l'extérieur de l'enceinte universitaire. Son rêve? Devenir vulgarisateur scientifique. « J'ai réalisé pendant mes études de doctorat que je préfère parler de la science plutôt que d'en faire moi-même! » Il complétera donc un certificat en journalisme à la Faculté de l'éducation permanente en 2013, tout en poursuivant ses études doctorales.

Lauréat en 2013 d'un concours de vulgarisation scientifique inauguré par l'Institut Armand-Frappier, Renaud Manuguerra a eu l'occasion d'exercer ses compétences de vulgarisateur au magazine Découvrir, à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont ainsi qu'au journal étudiant Quartier Libre.

Si l'épreuve locale du concours Ma Thèse en 180 secondes a engendré chez lui un certain stress, il se dit très détendu par rapport à la finale nationale du 14 mai prochain. « Mon objectif était de me rendre à la finale du concours. Puisque j'ai déjà atteint cet objectif, il ne me restera plus qu'à donner le meilleur de moi-même et à profiter du moment. » On peut facilement concevoir qu'au moment où Renaud Manuguerra livrera sa prestation, les mots lui viendront... aisément.

Inscrivez-vous à l'évènement Facebook Ma Thèse en 180 secondes.

Marilou Garon