Les étudiants du Brésil témoignent

Le Brésil et le Québec ont une synergie universitaire et sociale que l'UdeM souhaite alimenter prioritairement, en créant des alliances avec des universités, des professeurs et des chercheurs brésiliens.

 

Le Brésil et le Québec ont une synergie universitaire et sociale que l'UdeM souhaite alimenter prioritairement, en créant des alliances avec des universités, des professeurs et des chercheurs brésiliens. Nous avons bien des choses à nous apporter mutuellement : les étudiants et chercheurs brésiliens ont beaucoup à gagner à poursuivre leurs études ici, tout comme les nôtres peuvent bénéficier des différents centres d'excellence affiliés aux universités brésiliennes.

Le recteur, Guy Breton

 

Thais Mikie de Carvalhio Otanari,
doctorante à l'École de service social

Je suis venue étudier à Montréal grâce à l'Alliance internationale de recherche universités-communautés Santé mentale et citoyenneté, qui regroupe différents acteurs du Canada et du Brésil engagés dans l'avancement des connaissances, le renouvellement des pratiques et la transformation sociale en santé mentale.

J'aime particulièrement Montréal pour sa mentalité ouverte : les différences entre le Québec et le Brésil, sur le plan social, me permettent de percevoir le monde différemment.

Le site Web en portugais de l'Université de Montréal et les réseaux sociaux – dont le groupe de discussion Facebook de l'UdeM destiné aux étudiants du Brésil – sont très utiles pour trouver un directeur de recherche.

 

Cristiano de Souza Therrien,
doctorant en droit

C'est pour approfondir le droit en matière de technologies de l'information que je suis venu à Montréal et parce que la vision intellectuelle du droit est large, en raison de la coexistence du droit civil et de la common law, qui ouvre les portes du droit international.

J'apprécie aussi Montréal parce qu'il est facile, pour les étudiants brésiliens, de se faire des amis, les cultures brésilienne et québécoise ayant beaucoup en commun. De plus, la qualité de vie ici est très bonne et il n'est pas nécessaire de connaître parfaitement le français pour étudier à l'UdeM. C'est en vivant à Montréal et en fréquentant l'université qu'on l'apprend le mieux!

 

Luciana Elisa Lozada Tenorio, doctorante en musique

Ce sont des amis venus étudier à l'UdeM qui m'ont parlé de la qualité de vie sur le campus et qui m'ont incitée à venir poursuivre mes études en interprétation de la guitare et en chant. De plus, la structure du doctorat est semblable à ce qu'on voit au Brésil.

C'est aussi mon directeur de thèse, Peter McCutcheon, qui m'a attirée à l'UdeM par son expérience et en me vantant le matériel que la Faculté de musique met à notre disposition, dont les instruments et la bibliothèque.

 

André Luis Silva, chercheur invité au Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, la logistique et le transport

Je suis venu à l'UdeM parce que je souhaitais travailler avec des professeurs spécialisés dans mon domaine de recherche, ainsi que pour la qualité des travaux que je pouvais y réaliser.

J'apprécie beaucoup la qualité de vie à Montréal, l'accueil des Québécois et de l'Université. Les gens ici sont très ouverts, faciles d'approche et aidants.

 

Carolina Kist Traesel,
postdoctorante en médecine vétérinaire

Mon conjoint a été invité à faire sa résidence à l'UdeM en médecine vétérinaire et j'ai décidé moi aussi d'y effectuer mon postdoctorat! Nous vivons à Saint-Hyacinthe, que nous apprécions beaucoup. C'est une petite ville qui permet de profiter d'activités culturelles diversifiées.

Nous sommes comblés par l'excellence des groupes de recherche de la faculté, qui offre des installations hors pair.

 


Dossier spécial

Le Brésil dans la mire de l'UdeM

Lire les articles

Sirléia Rosa, une ambassadrice étudiante qui fait rêver les Brésiliens!
Les étudiants du Brésil témoignent
Pour engager des réflexions sur le devenir des villes
Tony Leroux étudie l'audition des travailleurs agricoles brésiliens
Une société qui vieillit en accéléré : le Brésil sous la loupe d'Annette Leibing
Des biologistes traquent les bactéries qui tuent au Brésil