Pour engager des réflexions sur le devenir des villes

  • Forum
  • Le 5 mai 2014

  • Dominique Nancy

Interface autoroutière et habitat illégal dans la zone est de São Paulo (terrain d’étude pour le prochain WAT-UNESCO São Paulo 2014) (Photo: Patrick Marmen, CUPEUM)« La réinvention des villes passe d'abord et avant tout par ce qu'elles sont avant d'imaginer ce qu'elles pourraient être », affirme Philippe Poullaouec-Gonidec.

 

Le professeur de l'École d'architecture de paysage et titulaire de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal (CUPEUM) sera à São Paulo du 27 octobre au 8 novembre prochains pour le 10e Workshop, atelier/terrain (WAT) de la Chaire.

Cette activité internationale, soutenue par l'Unesco depuis 2003, revêt une grande importance pour l'UdeM, qui désire renforcer les liens existants entre ses chercheurs et ses partenaires brésiliens, tout spécialement dans le contexte actuel, où la ville de São Paulo vient d'adopter un nouveau plan de développement urbain stratégique.

Philippe Poullaouec-Gonidec« Le développement durable est important au Brésil comme partout en Occident, signale M. Poullaouec-Gonidec. À São Paulo, on vise à densifier les milieux résidentiels grâce à l'essor du transport en commun. »

Pour répondre aux divers enjeux de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages urbains, la CUPEUM s'appuie sur la réalisation de son workshop. « L'objectif est d'appuyer une réflexion interculturelle, transdisciplinaire et prospective vis-à-vis de l'aménagement et de la requalification de sites significatifs des villes qui accueillent cette activité annuelle, explique le professeur. La question de la mise en valeur et du développement des paysages urbains et des cadres de vie sont au cœur de cet atelier. »

Cette initiative a ouvert la porte à de multiples échanges et accords. Au cours des 11 dernières années, plusieurs workshops de la Chaire UNESCO ont été réalisés en Europe, au Maghreb, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Nord. Soulignons également la récente collaboration de la CUPEUM au Québec avec la Ville de Montréal dans le cadre du chantier Montréal, ville UNESCO de design.

« Le workshop de São Paulo sera une occasion unique pour la CUPEUM et son réseau international de coopération d'entreprendre un dialogue sur l'avenir des villes dans une nouvelle région du monde, fait valoir Philippe Poullaouec-Gonidec, qui était en Chine au moment de l'entrevue avec Forum. Il s'agit aussi d'une occasion d'aider les gouvernements locaux à élaborer de nouvelles perspectives sur le développement urbain. »

Coopération scientifique et mobilité

Reconnue par l'Unesco, la CUPEUM est réputée en matière d'innovation pédagogique et de transfert d'expertises.

Cette année, c'est à l'Université presbytérienne Mackenzie de São Paulo que se déroulera l'activité, qui rassemblera quelque 60 étudiants et 14 professeurs d'une dizaine d'universités dans le monde. Des experts locaux seront invités à prendre part au séminaire préparatoire et aux visites de terrain. Les équipes multiculturelles et transdisciplinaires auront 10 jours pour concevoir des projets de design urbain sur un site donné qui devront tenir compte des préoccupations sociales, environnementales, économiques et culturelles du milieu.

L'aventure brésilienne, qui a débuté à l'automne 2012, connaît déjà des retombées positives. Une entente de coopération scientifique entre l'UdeM et l'Université presbytérienne Mackenzie de São Paulo est en négociation. Le Workshop, atelier/terrain de la Chaire devrait aussi être le point de départ d'une coopération de recherche sur le développement du paysage urbain.

« Par cette nouvelle collaboration, nous espérons favoriser la mobilité des professeurs et des étudiants entre les deux établissements et mettre en place une cotutelle de thèse à moyen terme », indique le professeur Poullaouec-Gonidec.

La réalisation du WAT-UNESCO à São Paulo mettra à contribution 12 étudiants à la maîtrise des écoles d'architecture de paysage et d'architecture de l'UdeM. Leurs déplacements seront partiellement payés par la Direction des relations internationales de l'Université.

Dominique Nancy

 


Dossier spécial

Le Brésil dans la mire de l'UdeM

Lire les articles

Sirléia Rosa, une ambassadrice étudiante qui fait rêver les Brésiliens!
Les étudiants du Brésil témoignent
Pour engager des réflexions sur le devenir des villes
Tony Leroux étudie l'audition des travailleurs agricoles brésiliens
Une société qui vieillit en accéléré : le Brésil sous la loupe d'Annette Leibing
Des biologistes traquent les bactéries qui tuent au Brésil