Un nouveau réseau de recherche pour détecter la maladie d'Alzheimer plus rapidement

Dr Patrice Roy, Andrea Leblanc, Sylvie Belleville, Rémi Quirion et Dr Renaldo BattistaOn sait aujourd'hui qu'une personne âgée de 80 ans et plus sur trois développera la maladie d'Alzheimer. On se sent souvent démuni devant cette maladie qui affecte nos proches et qui nous inquiète personnellement d'autant plus qu'on n'en connaît pas encore les causes, ni les façons d'en stopper la progression. Heureusement, le Consortium pour l'identification précoce de la maladie d'Alzheimer – Québec (CIMA-Q) recrutera 350 personnes de plus de 60 ans qui seront examinées régulièrement pour tenter de détecter les premiers signes et les causes de la maladie. CIMA-Q résulte d'un investissement de 2,5 M$ du Fonds d'innovation Pfizer-FRQS, un programme du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) financé par Pfizer Canada.

 

Le lancement public du CIMA-Q a été fait par les codirectrices du CIMA-Q, soient Sylvie Belleville, Ph. D., directrice du Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeure titulaire au département de psychologie de l'Université de Montréal, et Andrea LeBlanc, Ph. D., chercheuse au Centre Bloomfield de recherche sur le vieillissement de l'Institut Lady Davis et professeure titulaire de la Chaire James McGill, département de neurologie et de neurochirurgie, Université McGill, ainsi que par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec et président du conseil d'administration du FRQS.

Qu'est-ce que CIMA-Q?

CIMA-Q est un regroupement de plus de 90 chercheurs et cliniciens québécois ayant comme objectif d'identifier les causes de la maladie d'Alzheimer, de développer des outils pour la diagnostiquer de façon précoce et, éventuellement, d'y trouver un remède.

Unir les forces

Sylvie Belleville, codirectrice du CIMA-Q, explique l'importance d'unir les forces vives du Québec : « La maladie d'Alzheimer est un tel défi qu'il faut, pour la comprendre, mettre en commun les expertises et les travaux de l'ensemble des chercheurs qui travaillent sur cette maladie. Chacun avance grâce aux expertises et aux découvertes de l'autre, c'est ainsi que surgissent les percées scientifiques et c'est ainsi que doit fonctionner la science de demain. Cette volonté forte de travailler ensemble pour la maladie d'Alzheimer correspond à ma vision de la recherche et je suis honorée de codiriger ce projet. »

CIMA-Q créera une banque centralisée de mesures cliniques, de mesures de neuroimagerie et de mesures biologiques afin que les chercheurs les examinent pour déterminer des marqueurs précoces de la maladie. Les participants seront évalués régulièrement afin de voir s'ils progressent vers la maladie ou s'ils restent en santé cognitive. Les experts du CIMA-Q étudieront également les habitudes de vie afin de déterminer celles qui prédisposent ou protègent les individus de la maladie. Andrea LeBlanc, codirectrice du CIMA-Q, sollicite la

participation du plus grand nombre : « Nous avons besoin d'un vaste bassin de participants! Que vous soyez en santé ou que vous vous inquiétiez de votre mémoire, vous pouvez aider la science. C'est l'occasion de vous engager concrètement pour contribuer à faire avancer la science, car on connaît tous quelqu'un qui souffre ou a souffert de la maladie d'Alzheimer. On souhaite tous faire quelque chose pour éviter d'en souffrir à notre tour et en protéger nos enfants. »

Le Québec en avance

De son côté, Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, se réjouit : «Le Québec innove encore une fois en favorisant le regroupement des chercheurs. Dans un monde de compétitivité comme celui de la recherche, cette approche est tout à l'honneur des experts québécois. Nous sommes particulièrement fiers de la synergie entre les codirectrices, qui proviennent de deux milieux universitaires différents, soit l'Université de Montréal et l'Université McGill, et qui ont déjà réuni des dizaines d'experts de partout au Québec pour ce projet important.»

Enfin, le subventionnaire Pfizer Canada est confiant en ce projet novateur de grande envergure. « Le consortium et ces projets innovants s'attaquent à des problèmes de santé très importants pour la société québécoise et mobilise des équipes multidisciplinaires de chercheurs chevronnés de grandes institutions québécoises. Pfizer est fière de les soutenir, car ils témoignent à nouveau de la volonté de Pfizer Canada à poursuivre son implication dans le développement de la recherche au Québec », note le docteur Vratislav Hadrava, vice-président et directeur médical de Pfizer Canada.

 

POUR S'INSCRIRE AU CIMA-Q

Visitez le site Web pour plus d'information (www.cima-q.ca) ou appelez au 514 340-3540, poste 4599.

À PROPOS DES CODIRECTRICES DU CIMA-Q

Sylvie Belleville, Ph. D., chercheuse et directrice du Centre de recherche, Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM); professeure titulaire, département de psychologie, Université de Montréal.

Andrea LeBlanc, Ph. D., chercheuse, Centre Bloomfield de recherche sur le vieillissement, Institut Lady Davis; professeure titulaire de la Chaire James McGill, département de neurologie et de neurochirurgie, Université McGill.


Relations avec les médias

Geneviève Desrosiers
Conseillère en communication
Institut universitaire de gériatrie de Montréal
Tél.: 514 340-2800, poste 3298

Astrid Morin
Agente des relations médias
Hôpital général juif
Tél.: 514 340-8222, poste 4612