Six nouveaux programmes en gestion à HEC Montréal

  • Forum
  • Le 21 mai 2014

  • Mathieu-Robert Sauvé

À leur réunion du 15 avril dernier, les membres de la Commission des études ont approuvé la création de six microprogrammes à HEC Montréal.

 

Prévus pour l'automne prochain, ces microprogrammes porteront sur la gestion des arts et de la culture, la gestion avancée, la gestion de la chaîne logistique, la gestion et le développement durable et la gestion entrepreneuriale en plus d'une introduction à la gestion.

Destinés pour la plupart aux gestionnaires en exercice, les nouveaux programmes accepteront des titulaires d'un diplôme de premier cycle universitaire qui « cherchent une formation courte dans le but de mettre à jour leurs connaissances ou d'approfondir des sujets ou problématiques de gestion récentes ou de renforcer leurs compétences en gestion ».

Comme ils peuvent être suivis à temps partiel et à distance, ces microprogrammes veulent attirer des candidats désireux de réduire leurs déplacements.

À la Faculté des arts et des sciences, on mettra sur pied un programme de maîtrise en environnement et en développement durable afin de « former des spécialistes en mesure de comprendre et de résoudre les problèmes contemporains en environnement et développement durable ». Cette maîtrise prévoit quatre options : Biogéochimie environnementale, Gestion de l'eau, Gestion de la biodiversité et Enjeux sociaux et gouvernance. Proposé à l'automne 2015, ce programme d'études offrira un parcours avec stage ou axé sur la recherche.

Également, dans le programme de diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en environnement et développement durable, il y aura création de l'option Perspectives d'aménagement. Implantation prévue : automne 2014.

Du côté de l'École de santé publique, on créera l'option Santé mondiale dans le programme de doctorat en santé publique. Enfin, des changements sont apportés au DESS en santé communautaire, qui devient le DESS en santé publique. Même chose pour le microprogramme en santé communautaire, qui devient le microprogramme en santé publique.

Mathieu-Robert Sauvé