Première école d'été de la Francophonie à l'UdeM

  • Forum
  • Le 5 août 2014

  • Martin LaSalle

L'Université de Montréal a accueilli 49 étudiants dans le cadre de la toute première école d'été internationale de la Francophonie en sciences de l'information, qui s'est tenue du 2 au 11 juillet dernier.

 

Les participants à l'école d'été internationale de la Francophonie en sciences de l'information, tenue en juillet à l'UdeM.

 

L'Université de Montréal a accueilli 49 étudiants dans le cadre de la toute première école d'été internationale de la Francophonie en sciences de l'information, qui s'est tenue du 2 au 11 juillet dernier.

Cette initiative est l'un des nombreux projets liés au programme d'internationalisation de l'UdeM, qui favorise les projets de petite et moyenne taille dans quatre secteurs, soit la formation, la mobilité étudiante, la recherche et le développement, ainsi que la collaboration avec les pays du Sud.

Un cours de maîtrise

Provenant de la France, d'Haïti, de l'Afrique ainsi que du Canada, les étudiants inscrits à cette école d'été ont ainsi suivi un cours du programme de maîtrise en sciences de l'information, intitulé « Marketing et médiation numérique en bibliothèque ».

Offert tant aux futurs praticiens qu'aux professionnels en exercice, ce cours vise à enseigner une meilleure utilisation des nouveaux outils de médiation numérique – dont les médias sociaux –, afin de faciliter la communication avec le public et assurer une plus grande visibilité aux bibliothèques.

« Cette première édition a été un succès au-delà de nos espérances! », dit Réjean Savard, coordonnateur du projet et professeur titulaire à l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information (EBSI) de l'UdeM.

Ce projet est le fruit d'une collaboration entre l'Association internationale francophone des bibliothécaires et documentalistes (AIFBD) et les trois principales grandes écoles de formation francophones en bibliothéconomie et sciences de l'information, soit l'ESBI ainsi que les écoles sénégalaise (EBAD) et française (ENSSIB).

Écoles d'été : une vitrine de choix pour l'UdeM

Selon la conseillère principale en développement stratégique à la Direction des relations internationales (DRI) de l'UdeM, Rachida Azdouz, les écoles d'été méritent d'être davantage exploitées et mises en valeur.

« Ce sont des vitrines de choix pour notre institution, car en plus d'attirer des étudiants étrangers vers nos programmes, elles permettent aux étudiants d'ici d'accélérer leur cheminement, indique-t-elle. De plus, les écoles d'été favorisent le rayonnement international de nos professeurs et donnent à nos étudiants un accès privilégié  à des experts internationaux. »

Ce que corrobore le professeur Réjean Savard. « Grâce au soutien financier de la DRI, nous avons pu faire venir Lionel Dujol, un spécialiste réputé de la médiation numérique en bibliothèque chargé de la prospective pour le réseau des bibliothèques de Valence-Romans, en France, illustre-t-il. Il a enthousiasmé les participants en présentant une dimension que nous ne retrouvons pas dans les programmes de l'EBSI. »

Une centaine de projets liés à l'internationalisation bénéficient déjà d'une aide financière de la DRI, ajoute Rachida Azdouz.

« Plusieurs écoles d'été sont déjà bien implantées et font désormais partie de la tradition estivale, comme l'École de relations industrielles, avec son programme  international en Études avancées sur le travail, les ressources humaines et les relations d'emploi ou encore la Faculté de pharmacie, conclut-elle. La formule des écoles d'été est un bon tremplin pour des formations transfrontalières de plus grande envergure. »

Pour en savoir plus sur le financement des activités liées à l'internationalisation de l'UdeM pour 2014-2015.

Martin LaSalle