Trois professeurs de l'UdeM entrent à la Société royale du Canada

Michel Bouvier, André Gaudreault et Francis Gingras, tous trois professeurs à l'Université de Montréal, comptent parmi les 90 nouvelles personnalités élues cette année à la Société royale du Canada.

 

Provenant de disciplines et de milieux différents, ces nouveaux membres ont été élus par leurs pairs en reconnaissance de l'excellence de leurs réalisations universitaires, scientifiques ou artistiques. L'élection à la Société royale du Canada constitue le plus grand honneur qui puisse être accordé à un universitaire qui travaille dans les domaines des arts, des lettres et des sciences.

André Gaudreault est professeur au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques. Ses écrits sur le cinéma, régulièrement traduits dans diverses langues occidentales et orientales, ont exercé une influence considérable sur les recherches de ses pairs, tant sur le plan national qu'international. Il a été professeur invité dans de nombreuses institutions en Amérique du Sud, en Asie et en Europe. Il agit à titre de directeur de la revue d'études cinématographiques Cinémas et est responsable de l'Observatoire du cinéma au Québec (OCQ, cofondé avec Denis Héroux en 2007).  Figure de proue de son domaine d'études, il est récipiendaire de nombreuses subventions et distinctions, la plus récente étant un Guggenheim Fellowship (2013).

Professeur au Département des Littératures de langue française, Francis Gingras est une figure de premier plan des études médiévales. Il s'intéresse à l'histoire des formes littéraires et plus particulièrement au développement du genre romanesque. Ses travaux se signalent par leur perspective croisée qui articule approche théorique et analyse historique des textes littéraires. Ses ouvrages sur l'imaginaire érotique médiéval, sur la caractérisation des formes narratives vernaculaires et sur leurs modes de diffusion bénéficient d'une audience internationale, tant européenne que nord-américaine. Il a par ailleurs une solide expérience éditoriale, notamment à titre de directeur de la revue Études françaises et de codirecteur de la collection « Recherches littéraires médiévales » des Classiques Garnier à Paris. Il est également Secrétaire de la Faculté des arts et des sciences et Directeur du Centre d'études médiévales.

Michel Bouvier est directeur général de l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'UdeM (IRIC) et professeur au Département de Biochimie et médecine moléculaire. Expert renommé dans le domaine de la signalisation cellulaire, il a effectué, avec son équipe, plusieurs percées d'envergure en ce qui a trait aux récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) et ses travaux ont mené au développement de concepts et d'outils permettant la découverte de médicaments plus efficaces et ayant moins d'effets indésirables. Il figure d'ailleurs dans la liste 2014 des scientifiques les plus cités à l'échelle internationale, selon un classement établi par l'éditeur scientifique Thomson Reuters. Il est également président et directeur général d'IRICoR, l'organisme de commercialisation de la recherche de l'IRIC et détient une Chaire de recherche du Canada en signalisation cellulaire et en pharmacologie moléculaire.