Peut-on avoir confiance dans la nourriture des magasins à un dollar??

  • Forum
  • Le 29 septembre 2014

  • Dominique Nancy

On y achète du papier d'emballage, des décorations d'Halloween et de Noël ainsi que des accessoires pour les fêtes d'enfants. Mais peut-on avoir confiance dans la nourriture vendue dans les magasins à un dollar?

 

«L'achat de nourriture dans les magasins à bas prix vise à faire des économies. Les gens qui s'en procurent ont sans doute des moyens financiers moindres et ils peuvent ainsi s'offrir des produits ou des petites gâteries qu'ils ne se permettraient pas autrement», répond Nathalie Jobin, directrice scientifique d'Extenso, le centre de référence sur la nutrition de l'Université de Montréal.

Selon la nutritionniste, il n'y a pas de risque de tomber malade à consommer de la nourriture du Dollarama. «Hormis le goût et la fraîcheur qui peuvent être discutables, ma principale crainte est la grande quantité de sodium, de sucre et de gras dans les mets préparés», dit-elle.

Mais aucun produit n'est rance. C'est du moins la conclusion de l'enquête menée en 2004 par l'émission L'épicerie, qui a mandaté le laboratoire Cintech Agroalimentaire pour analyser la fraîcheur d'une dizaine de denrées vendues dans les magasins de rabais. Le verdict? Tous les produits testés respectaient la norme ou étaient très légèrement inférieurs à celle-ci en ce qui concerne le degré d'oxydation. «L'oxydation est une réaction chimique qui peut altérer les propriétés nutritives», explique Nathalie Jobin.

La nutritionniste met toutefois en garde contre les boîtes de conserve endommagées ou gonflées qu'on peut trouver sur les tablettes des marchés d'alimentation et des magasins à bas prix. «Les boîtes bombées sont souvent le signe d'un développement microbiologique qui peut causer le botulisme, mentionne-t-elle. Mieux vaut s'abstenir de les acheter.» Santé Canada rappelle d'ailleurs que «les consommateurs devraient toujours faire preuve de prudence lorsqu'ils achètent des produits, peu importe où ils magasinent».

Autre problème : les denrées importées de Dollarama proviennent en grande partie de pays comme la Chine et l'Inde, où les normes de production ne sont pas les mêmes qu'au Canada. Cela comporte un risque pour les consommateurs. Par exemple, les produits importés peuvent avoir été traités au moyen de pesticides ou de substances chimiques proscrits au Canada et dont il est impossible de vérifier l'utilisation. Précisons cependant que, si l'Agence canadienne d'inspection des aliments décèle la présence de telles substances, elle interdira l'entrée du produit au pays.

En somme, si la nourriture des commerces à bas prix est si bon marché, ce n'est pas parce que les aliments sont périmés ou que leur date de péremption approche. Tout dépend des ententes avec les distributeurs et des occasions du marché, comme l'expliquait à l'émission L'épicerie JoAnne Labrecque, professeure de marketing à HEC Montréal. «Ce qu'on trouve dans ces magasins, ce sont soit des produits peu connus et par conséquent pour lesquels la notoriété ne joue pas ou encore des marques qui viennent d'un peu partout parce que les négociations ont été bonnes ou qu'on a eu accès à une fin de série chez un fournisseur. Le produit a généralement beaucoup voyagé et il a passé du temps aux différents endroits.» Bref, il est possible que la fraîcheur ne soit pas au rendez-vous.

D'autres produits sont spécialement fabriqués pour les magasins à un dollar. Par exemple, le beurre d'arachides Elite provient de l'Inde et est préparé pour... la chaîne Dollarama.

Dominique Nancy

(Illustration: Benoît Gougeon)