Le Complexe des sciences et de génie créera des milliers d'emplois

  • Forum
  • Le 7 octobre 2014

  • Mathieu-Robert Sauvé

Photomontage en 3D de la maquette du futur complexe d'Outremont. Par ailleurs, une maquette en bois du complexe est exposée au Centre communautaire intergénérationnel à Outremont. Prévu pour accueillir ses premiers étudiants à la rentrée de 2019, le campus de l'Université de Montréal à Outremont générera des milliers d'emplois directs et indirects dans les quartiers environnants et injectera quelque 2,7 milliards au produit intérieur brut du Québec lorsqu'il atteindra sa maturité, aux environs de 2025.

 

C'est ce qui fait dire à Yves Beauchamp, nommé vice-recteur au nouveau campus et au développement, que ce complexe situé dans l'ancienne gare de triage du CP constitue un véritable projet de société qui relancera un quartier de la ville au carrefour de plusieurs courants culturels et économiques.

«Le gouvernement du Québec a déjà annoncé qu'il soutient le projet. Nous sommes maintenant dans une phase très active de recherche de financement de sources privées et nous allons emprunter toutes les avenues possibles», a résumé l'ancien directeur général de l'École de technologie supérieure, qui est l'un des principaux architectes du Quartier de l'innovation, à Montréal (voir Forum du 3 septembre 2013, «Un visionnaire prend les commandes du site d'Outremont»).

M. Beauchamp cumule désormais, au sein de la direction de l'Université, les mandats relatifs au nouveau campus et au développement, puisque le Bureau du développement et des relations avec les diplômés relève désormais de lui. Les deux volets de ce mandat se rejoignent dans la sollicitation actuelle.

«C'est le projet immobilier le plus intéressant du Québec à l'heure actuelle», a lancé le vice-recteur. Il est convaincu que la nouvelle infrastructure redynamisera cette partie de la ville, en plus de permettre un redéploiement sans précédent de la communauté universitaire. Ce sera une zone d'activité où quelque 3000 étudiants, professeurs et chercheurs se présenteront quotidiennement dès les premières années. Un chiffre qui ira croissant.

Enthousiasme perceptible

«Je crois qu'il y a tout lieu d'être fier, collectivement, de voir une idée aussi novatrice s'implanter au cœur même de notre ville», déclarait l'an dernier l'astronaute Julie Payette, directrice du Centre des sciences de Montréal.

M. Beauchamp dit ressentir un enthousiasme collectif autour de ce projet, qui jettera de nouveaux ponts entre la communauté universitaire et la ville de Montréal. «En s'y développant, l'Université de Montréal remet un quartier à la ville», a-t-il commenté.

Selon la firme Altus, qui a réalisé une étude sur les retombées économiques des installations à venir, chaque dollar investi dans le Complexe des sciences et de génie rapportera trois dollars sur un horizon de 10 ans.

Outre le Pavillon des sciences, qui regroupera des laboratoires et locaux d'enseignement en chimie, physique, géographie et sciences biologiques, le Pavillon de génie accueillera le Département de génie physique de Polytechnique Montréal et des équipes qui travaillent sur les matériaux de pointe. L'Institut des nouveaux matériaux regroupera 25 chaires de recherche et 87 chercheurs spécialisés de l'UdeM et de Polytechnique.

La nomination de M. Beauchamp vient concrétiser la priorité du rectorat autour du projet d'expansion de l'Université de Montréal, la plus importante de son histoire. C'est même le plus vaste projet d'immobilisation des universités québécoises actuellement sur les rails, a affirmé le nouveau vice-recteur.

L'équipe de M. Beauchamp comprend Alain Boilard, au bureau de projet du Complexe des sciences-site d'Outremont, et Jacques Dorais, au développement immobilier et aux infrastructures connexes.

Mathieu-Robert Sauvé

 

(Image: Menkès Shooner Dagenais Letourneux – lemay – NFOE Architectes)