Commission des études : Deux certificats de la FEP seront modifiés

Louise Béliveau

À sa séance du 24 septembre, la Commission des études a pris connaissance de sept plans d'ac­tion déposés à la suite de l'éva­luation de programmes de la Fa­culté de l'éducation permanente (FEP) et d'un plan de la Faculté de l'aménagement. Présente à la séance, Claude Maihot, vice-rectrice adjointe à la promotion de la qualité (responsable de l'évaluation des programmes), a tenu à féliciter les auteurs pour leur travail structuré.

 

À la FEP, les certificats en san­té et sécurité du travail, en fran­çais langue seconde pour non-francophones, en publicité, en re­lations publiques, en rédaction, en journalisme et en communica­tion appliquée ont été évalués, entre autres, par des groupes d'évaluateurs externes au cours des deux dernières années. Selon la vice-doyenne aux études de la faculté, Monique Kirouac, ces évaluations se sont avérées ex­cellentes dans cinq des sept cas, au point où aucune transforma­tion majeure n'a été recomman­dée. Il s'agit des programmes de communication (publicité, relations publiques, rédaction, journalisme et communication appliquée), où des changements mineurs seront apportés. Par exemple, pour le certificat en relations pu­bliques, la faculté est à pied d'oeuvre afin d'obtenir l'agrément de la So­ciété canadienne des relations pu­bliques.

Les certificats en santé et sécurité du travail et en fran­çais langue seconde pour non-francophones subiront quant à eux des refontes complètes, tant en ce qui concerne l'offre de cours que la structure du pro­gramme. Les projets sont déjà bien avancés et seront vraisem­blablement soumis pour appro­bation aux instances facultaires cet automne.

Du côté de la Faculté de l'aménagement, c'est la maîtrise en aménagement, option Conservation de l'environnement bâti, qui a déposé son plan d'ac­tion, nouvelle étape d'un proces­sus entamé en 2012. «La créa­tion d'une maîtrise autonome en constitue l'élément clé», peut-on lire dans le document de présen­tation. Ce nouveau programme prévoit l'introduction d'un ate­lier obligatoire en conservation. On espère ainsi rehausser les ef­fectifs étudiants.

La vice-rectrice aux affaires étudiantes et au développement durable, Louise Béliveau, qui pré­side la Commission des études en l'absence du vice-recteur Ray­mond Lalande, a complimenté à son tour les équipes qui ont travaillé à l'évaluation des pro­grammes et aux plans d'action correspondants. «Il s'agit d'un tra­vail important, qui a des retom­bées très concrètes sur les pro­grammes«, estime-t-elle.

La première partie de la séance avait porté sur une consul­tation menée par la Direction des bibliothèques, qui sonde actuelle­ment la collectivité sur l'accès aux revues scientifiques. Le directeur général des bibliothèques, Ri­chard Dumont, a tenu à présenter les arguments justifiant les choix des bibliothèques qui ont permis d'économiser quelque 243 000 $ en renonçant à de nombreux abonnements. Moins de 650 per­sonnes ont répondu jusqu'à main­tenant au sondage sur une pos­sibilité de près de 25 000. La consultation, en ligne, est ouverte depuis le 9 septembre. Plus la par­ticipation sera importante, meil­leurs seront les résultats.

Francis Gingras et Michel Carrier ont été élus au Comité des nominations de la Commis­sion des études. Celle-ci a par ailleurs entériné les nomina­tions au Comité institutionnel d'évaluation de l'enseignement et au Comité institutionnel d'éva­luation des programmes (prési­dence).

Mathieu-Robert Sauvé