L'Acfas récompense André Gaudreault et Sylvain Martel

  • Forum
  • Le 27 octobre 2014

André Gaudreault, professeur au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'Université de Montréal, est lauréat du prix André-Laurendeau en sciences humaines de l'Association francophone pour le savoir (Acfas).

 

André GaudreaultAndré Gaudreault, professeur au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'Université de Montréal, est lauréat du prix André-Laurendeau en sciences humaines de l'Association francophone pour le savoir (Acfas). Sylvain Martel, professeur de nanorobotique à Polytechnique Montréal, a pour sa part reçu le prix Jacques-Rousseau dans la catégorie Multidisciplinarité. Ces distinctions ont été attribuées au 70e gala de l'Acfas, le 22 octobre.

André Gaudreault est un chef de file des études cinématographiques et un spécialiste du cinéma muet. Il a l'art d'aller chercher dans les archives le film ou le document qui jettera un nouvel éclairage sur l'histoire du cinéma. Mais le professeur n'est pas seulement l'historien des premières formes de cinéma; il est aussi un analyste reconnu de la manière dont le silence des pionniers nous parle.

Plus récemment encore, il s'est intéressé à la «crise» que connaît le cinéma en raison de son passage au numérique. Ses écrits sur le cinéma, régulièrement traduits dans diverses langues occidentales et orientales, ont exercé une influence considérable sur les recherches de ses pairs tant sur le plan national qu'à l'échelle internationale. Il a été professeur invité dans de nombreux établissements en Amérique du Sud, en Asie et en Europe. Il agit à titre de directeur de la revue d'études cinématographiques Cinémas et est responsable de l'Observatoire du cinéma au Québec. Figure de proue de son domaine d'études, il a obtenu plusieurs prix et subventions, le plus récent étant une bourse Guggenheim (2013).

Sylvain MartelLe prix Jacques-Rousseau a été remis à Sylvain Martel, qui enseigne au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal. Ce prix vise à souligner les réalisations scientifiques exceptionnelles d'une personne ou d'une équipe qui a largement dépassé son secteur de spécialisation et qui a établi des ponts novateurs entre différentes disciplines.

M. Martel dirige le laboratoire de nanorobotique de l'école de génie dont l'objectif est de concevoir des techniques et des plateformes nanorobotiques innovantes en exploitant les propriétés uniques des entités à l'échelle moléculaire. Parmi les champs d'application de la discipline figurent la médecine et la bio-ingénierie, incluant l'élaboration de nouvelles plateformes pour la nanomanufacture, qui consiste en l'automatisation de systèmes à haute capacité de traitement à l'échelle nanométrique. On doit par exemple à ce visionnaire et à son équipe de recherche pluridisiplinaire plusieurs premières mondiales, dont la mise au point d'un minuscule véhicule téléguidé destiné à faire partie de l'arsenal chimiothérapeutique.

Par ailleurs, le 24 septembre dernier, à la Soirée de la relève en recherche, l'Acfas et ses partenaires ont récompensé plusieurs étudiants-chercheurs, parmi lesquels Maude Laliberté, du Département de médecine sociale et préventive, qui s'est vu accorder le prix Acfas-Desjardins pour ses travaux sur les lésions causées par le travail répétitif; Simon Girard, titulaire d'un doctorat en biologie moléculaire de l'UdeM, à qui on a décerné le Prix d'excellence Association des doyens des études supérieures au Québec pour ses travaux sur la schizophrénie; et Alexandre Bigot, étudiant à Polytechnique Montréal, qui a remporté le concours de vulgarisation de la recherche grâce à sa communication sur le déplacement de médicaments magnétiques dans les vaisseaux sanguins.

La preuve par l'image

L'Acfas a également dévoilé les images lauréates de son concours La preuve par l'image 2014. Là encore, des chercheurs de l'UdeM se sont illustrés. Yuki Hamamura a gagné le deuxième prix pour son image Bouquet nuptial et Nicolas Lawson et Paul Charbonneau ont décroché le troisième prix pour leur image Le mystère du cycle solaire.