Les attentes des enseignants envers leurs élèves influencées par l'environnement scolaire

Photo : Thinkstock

Une récente étude menée par des chercheurs de l'Université de Montréal indique que l'environnement scolaire dans lequel évoluent les enseignants est lié à la détermination de leurs attentes envers leurs élèves. « Il est établi que de faibles attentes des enseignants sont négativement associées aux résultats des élèves et à l'efficacité de l'école. Si on sait que ces attentes sont principalement déterminées par des caractéristiques propres aux enseignants, nous montrons que l'environnement scolaire joue également un rôle déterminant », a déclaré la première auteure de l'étude Marie-Christine Brault, chercheuse postdoctorale à l'Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal (IRSPUM).

 

Afin de mesurer l'impact joué par l'environnement scolaire dans la détermination de ces attentes, les chercheurs ont mené une analyse multiniveaux, recensant les données de 2666 enseignants travaillant dans 71 écoles secondaires québécoises. Ces données étaient issues de l'évaluation de la Stratégie d'intervention Agir autrement mise en place entre 2002 et 2008  par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport  afin d'aider les élèves de milieux défavorisés à cheminer vers la réussite scolaire. Les données ont été collectées entre autres via le Questionnaire sur l'environnement socioéducatif de l'école, outil crée par Michel Janosz, également chercheur à l'IRSPUM, afin de documenter la qualité de certaines caractéristiques de l'environnement scolaire. À partir de ces données, les chercheurs ont pu distinguer deux niveaux de variables, celles liées aux caractéristiques propres des enseignants - leur perception du climat scolaire de l'école, leur sexe, leur âge et le type de cours dispensés - et celles liées à l'environnement scolaire - la composition académique, socio-économique et ethnique de l'école, ainsi que la perception collective partagée par l'ensemble des publics de l'école du climat scolaire éducatif. Ce climat reflète les priorités de l'école envers l'apprentissage, la bonne éducation et le succès scolaire des élèves, ainsi que la promotion d'un environnement scolaire stimulant et tourné vers l'obtention du diplôme.

Les résultats de l'étude montrent que la composition académique de l'école, reflétant le niveau de difficultés scolaires des élèves de l'école et déterminée par le taux d'élèves ayant décroché, subissant un retard scolaire, ayant un mauvais score sur une échelle de raisonnement logique ou ayant obtenu une désignation d'élève en difficulté (cote EHDAA), ainsi que les origines ethniques et socio-économiques des élèves jouent un rôle dans la détermination des attentes. « Sur ces trois facteurs, la composition académique apparait être celui qui joue le rôle le plus influent dans la détermination des attentes. Ces résultats ne font que confirmer l'importance de la réussite antérieure des élèves dans les attentes des enseignants, indique Marie-Christine Brault. Il faut cependant noter que les écoles de notre échantillon étaient assez homogènes sur le plan socioéconomique et que peu d'entre elles avaient un taux important d'élèves issus de minorité ethnique. » Les résultats montrent également que le climat scolaire, qu'il soit perçu par les enseignants ou partagé par l'ensemble des publics de l'école - élèves, enseignants et direction - est déterminant. Un climat scolaire positif est ainsi associé positivement aux attentes des enseignants. Ils indiquent enfin que la composition de l'école joue également indirectement sur les attentes : difficultés scolaires et origines ethniques des élèves recensées au niveau de l'école influent sur le climat éducatif au sein de l'école et donc indirectement sur les attentes des enseignants.

« Notre étude confirme l'importance jouée par l'environnement scolaire dans la détermination des attentes des enseignants qui sont une condition essentielle d'une scolarisation efficiente. Afin de promouvoir des attentes positives chez les enseignants, une meilleure compréhension de ce qui les détermine apparait essentielle. C'est la raison d'être de notre étude. À cet effet, nos résultats suggèrent qu'en intervenant au niveau du climat scolaire éducatif, notamment en s'assurant que tous les professeurs aient à cœur le succès de leurs élèves, ou en améliorant la valeur accordée par le milieu à l'effort scolaire et à l'apprentissage, les attentes des enseignants pourraient s'améliorer », conclut Mme Brault.

À propos de cette étude :

L'article Effects of school composition and school climate on teacher expectations of students : A multilevel analysis a été publié dans la revue Teaching and Teacher Education le 19 septembre 2014 (publication en ligne). L'étude était menée par Marie-Christine Brault, en collaboration avec Michel Janosz et Isabelle Archambault. Tous trois sont chercheurs au Groupe de recherche sur les environnements scolaires (GRES) affilié à l'Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal.

Personne-ressource auprès des médias :

Benjamin Augereau
Attaché de presse
Université de Montréal
Tél. : 514-343-6796 | 514-661-5681
@umontrealMedias