Morris Goodman reçoit l'Ordre du mérite

MM. Goldstein et Breton, Mme Boily-Bousquet, M. Goodman et la chancelière de l'UdeM, Louise RoyIl a commencé sa carrière en livrant des médicaments à vélo. Son entreprise, Pharmascience, emploie aujourd'hui 1300 personnes et affiche un chiffre d'affaires de 700 M$. Morris Goodman, diplômé de la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal, recevait le 22 octobre la médaille de l'Ordre du mérite de l'Association des diplômés de l'UdeM.

 

Connu pour avoir laissé son nom et celui de sa femme à l'enceinte qui unit l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie et la Faculté de pharmacie – l'agora Morris et Rosalind Goodman –, l'illustre pharmacien est décrit comme un «grand philanthrope» par le recteur, Guy Breton. «Il est animé par la conviction qu'il peut contribuer à créer un monde meilleur et je crois qu'il y parvient», a-t-il dit au sujet de celui qui l'a accompagné au cours d'une mission en Israël l'an dernier. S'écartant de son discours, le recteur a raconté un souvenir de ce voyage. Quand un membre de la délégation a eu un malaise, le médecin est intervenu, mais il n'aurait rien pu faire sans médicaments. Or, «Morris avait sa pharmacie portative, preuve qu'une équipe médicale n'est pas complète sans un bon pharmacien», a déclaré le recteur en faisant rire la salle.

«C'était le plus jeune d'entre nous et l'un des meilleurs», a mentionné à son sujet un autre pharmacien qui a réussi en affaires et qui était de la même promotion, Jean Coutu, dans une vidéo réalisée par Michel Saint-Laurent, secrétaire général de l'Association des diplômés.

Diplômé dès l'âge de 21 ans, M. Goodman a beaucoup donné à son entreprise, qui est aujourd'hui le premier employeur pharmaceutique au Québec. C'est aussi un important investisseur en recherche et développement, avec un budget de 30 M$ par année.

L'Association a 80 ans!

Partie de rien, Pharmascience s'est hissée parmi les joueurs de la scène internationale en matière de médicaments génériques. À ses débuts en 1983, l'entreprise ne comptait que cinq employés.

Se disant très heureux de recevoir la plus haute distinction de l'Association des diplômés, qui compte 350 000 membres, Morris Goodman a rappelé qu'il avait tenté de favoriser des valeurs comme la justice sociale et l'entraide. Il a exhorté les gens à donner. «Faites du bénévolat et de la philanthropie pour rendre le monde meilleur.»

L'Association des diplômés célèbre ses 80 ans cette année, a fait remarquer sa présidente, Antonine Boily-Bousquet. En remettant la médaille de l'Ordre du mérite à M. Goodman, elle a salué ses réalisations professionnelles, mais aussi «les retombées de ses réalisations philanthropiques».

Placée sous le parrainage de Yoine Goldstein, conseiller juridique chez McMillan et ancien chargé de cours à la Faculté de droit de l'UdeM, la soirée réunissait quelque 160 personnes, dont une forte délégation de pharmaciens, dans le hall d'honneur du pavillon Roger-Gaudry. Le milieu des affaires et le monde universitaire y étaient bien représentés.

L'Ordre du mérite est décerné chaque année depuis 1967 à un ancien étudiant de l'Université de Montréal qui a connu une carrière exceptionnelle et qui a fait rayonner son alma mater.

Mathieu-Robert Sauvé