Miser sur le tourisme médical pour réduire les coûts en santé?

  • Forum
  • Le 10 novembre 2014

  • Martin LaSalle

Si l'on vous offrait la possibilité d'être traité, voire opéré, dans un autre pays plus rapidement qu'au Québec et à un moindre coût pour l'État, que diriez-vous?

 

Probablement que votre réponse dépendrait du pays visé, de l'hôpital qui vous accueillerait, de votre situation familiale et de la qualité des soins offerts...

Si différentes options peuvent être explorées dans un contexte de rationalisation des ressources dans le secteur de la santé, celle de confier certains soins médicaux à un établissement hospitalier étranger mérite d'être évaluée dans un contexte interdisciplinaire, selon Catherine Régis, professeure à la Faculté de droit de l'Université de Montréal, et deux autres juristes qui ont cosigné un article sur le sujet publié l'an dernier dans le Health Law Journal.

D'après eux, le concept appelé «tourisme médical» devrait faire l'objet d'une analyse approfondie pour évaluer quelles avenues pourraient – ou non – s'avérer avantageuses et dans quels cadres légal, éthique, politique et économique.

Tourisme médical et soins délocalisés

Se faire soigner à l'étranger n'est pas un concept nouveau, loin de là : dans l'Antiquité, les Grecs et les Romains parcouraient la Méditerranée à la recherche de lieux purificateurs pour le corps et l'esprit.

Catherine Régis«Peu de données permettent aujourd'hui d'estimer précisément l'ampleur du phénomène, mais celles dont on dispose ainsi que le nombre croissant de courtiers en voyages médicaux témoignent d'une tendance réelle, bien qu'elle soit de moindre importance au Canada par rapport aux États-Unis», soutient Catherine Régis.

Pour quels motifs des Canadiens choisissent-ils d'aller se faire traiter à l'étranger? «Au Canada, c'est beaucoup en raison des délais d'attente, mais aussi parce que certains soins ne sont pas couverts par l'État et qu'ils sont accessibles à un coût inférieur ailleurs, explique la professeure de droit. De plus, à tort ou à raison, des gens perçoivent ici un manque d'innovation des soins.» Chez nos voisins du Sud, c'est surtout pour payer moins cher qu'on choisit d'être soigné dans un autre pays.

Outre les motifs individuels, les gouvernements, et des assureurs, pourraient voir d'un bon œil que certains soins soient donnés à l'étranger.

«En 1999, pour permettre un plus grand accès à des soins dans le domaine de la radiographie oncologique, le gouvernement québécois avait signé une entente avec différents hôpitaux de l'est des États-Unis et, en un peu plus d'un an, 1052 patients y avaient été reçus », rappellent les auteurs.

Les défis des soins à l'étranger

L'un des principaux défis à relever pour les gouvernements est de déterminer les soins à délocaliser ainsi que les centres hospitaliers qui les prodigueraient à l'intérieur d'un rapport «coût-qualité de soins» optimal.

«Pour obtenir la confiance du public, la qualité des soins est un préalable incontournable [...] et cette qualité des soins doit reposer sur une évaluation crédible et indépendante», écrivent les auteurs.

D'autres composantes doivent être examinées, dont la question du suivi médical après le traitement, l'indemnisation des patients en cas de faute médicale de même que l'effet du transfert de soins sur les systèmes de santé des pays qui pratiquent le tourisme médical, notamment pour ce qui est des ressources humaines et de l'équité sociale.

Mais c'est surtout au défi de la perception du public que le gouvernement devra répondre pour obtenir son aval s'il choisissait de déléguer des soins à des hôpitaux étrangers.

«Si l'on donne le choix d'être traité aux États-Unis ou en Inde, il est très probable que le patient optera pour les États-Unis parce qu'il percevra plus de risques à être soigné en Inde, illustre Catherine Régis. Mais, dans les faits, ce n'est pas nécessairement le cas.»

C'est d'ailleurs pour contrer cette perception que des pays qui favorisent le tourisme médical embauchent des professionnels de la santé formés dans les meilleures universités américaines, en plus de se joindre à des organismes d'agrément international.

Liberté de choix pour les patients

Dans certains contextes, la modification des lois et règlements en matière de santé doit reposer sur des données probantes, croit Mme Régis.

Pour ce faire, elle et ses collègues recommandent la formation d'un groupe de travail interdisciplinaire chargé d'étudier les implications pour l'État et les individus, sur les plans tant légal, économique, éthique et psychologique que médical, de confier certains soins à des centres hospitaliers étrangers. Et de voir si cette perspective pourrait être étendue au-delà des États-Unis.

Mais surtout, ils insistent pour dire que le patient devra être le seul à pouvoir décider s'il accepte ou non d'être traité à l'extérieur du Québec.

«S'il fallait s'ouvrir à un transfert des soins médicaux vers d'autres pays pour avoir une meilleure évaluation des options, il faudra néanmoins toujours respecter le droit des patients de décider où ils veulent être soignés, malgré les mesures incitatives qu'on pourrait mettre en place», conclut Catherine Régis.

Martin LaSalle

NB : Catherine Régis sera disponible pour répondre aux questions des médias à partir du 17 novembre 2014.