Le CRIAQ finance un second projet de recherche à l'UdeM

Sjoerd Roorda du Département de physiqueMembre du Consortium de Recherche et d'Innovation en Aérospatiale au Québec (CRIAQ) depuis l'automne 2010, l'Université de Montréal vient de signer une entente visant le financement d'un second projet « CRIAQ » piloté par Monsieur Sjoerd Roorda du Département de physique, en collaboration avec des chercheurs de Polytechnique Montréal, l'École de technologie supérieure, Bell Helicopter Textron Canada, Héroux-Devtek et Messier-Buggati-Dowty.

 

D'une durée de trois ans, les fonds octroyés sont de 675 000 $, incluant un financement des partenaires industriels cités précédemment, du CRIAQ et du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), via le programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC).

Sjoerd Roorda est professeur titulaire au Département de physique de la Faculté des arts et des sciences et ses recherches portent principalement sur la modification et l'analyse des matériaux par faisceaux ioniques. Dans le cadre du projet, l'équipe de recherche tentera de répondre à des questions pratiques sur la fragilisation par l'hydrogène des aciers à haute résistance. Dans le domaine de l'aéronautique, les alliages en acier de haute résistance ne peuvent contenir aucune concentration d'hydrogène, autrement une défaillance soudaine et complète, c'est-à-dire une « fragilisation par l'hydrogène », pourrait survenir.

Un exemple récent et spectaculaire de fragilisation par l'hydrogène s'est produit au nouveau Bay Bridge à San Francisco : plus de 30 boulons de 3'' se sont brisés, de sorte qu'avant même la fin de travaux, 25M $ en réparations ont été nécessaires ! L'objectif du présent projet de recherche est de déterminer quelle propriété physique de l'acier est la plus affectée par la présence d'hydrogène et de sélectionner, ou de développer, une méthode d'inspection non destructive qui permettra de s'assurer que les composantes produites sont libres d'hydrogène.

La vice-rectrice à la recherche, à la création et à l'innovation, Madame Geneviève Tanguay, se réjouit de cette seconde collaboration avec le CRIAQ.

A propos du CRIAQ

En septembre 2014, le CRIAQ comptait près de 60 membres industriels, grandes, moyennes et petites entreprises, 26 universités ou centres de recherche et une dizaine d'associés. Le CRIAQ a pour principal objectif de financer des projets de recherche ciblés et axés sur l'industrie aérospatiale. Pour qu'un projet de recherche soit admissible au financement du CRIAQ, ce projet doit être mené par une ou plusieurs universités et doit compter sur l'appui financier d'au moins deux partenaires industriels, membres du CRIAQ. Lorsque le projet est bien défini, l'équipe de recherche est invitée à soumettre une demande de financement complémentaire au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). À titre de tout premier réseau d'innovation en aérospatiale au Québec, le CRIAQ a pour objectif d'accroître la compétitivité de l'industrie aérospatiale et d'améliorer la base des connaissances collectives dans ce secteur grâce à une meilleure formation des étudiants.

Source : CRIAQ