«Toute résistance sera futile» pour le cancer selon une chercheuse

Borg s'invite dans les travaux de Katherine Borden (image : Titan3025 CC BY-NC-SA)Borg, de Star Trek, s'invite dans les travaux sur la lutte contre le cancer menés par Katherine Borden de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l'Université de Montréal.

 

« Les cellules cancéreuses développent rapidement de nombreux mécanismes de défense pour échapper à l'action de l'arsenal de médicaments des oncologues. Malheureusement, les stratégies cliniques sont très loin d'offrir une solution pour bloquer ces mécanismes, explique la professeure Borden. C'est ce qui explique probablement notre incapacité à adopter de nouveaux traitements durables. » Cependant, dans son article dans Cancer Research intitulé « When will resistance be futile? », Mme Borden décrit l'un des moyens par lesquels les cellules cancéreuses évoluent, offrant ainsi aux chercheurs une piste de solution pour bloquer ce mécanisme de défense. L'article s'appuie sur la recherche qu'elle a publiée dans Nature avec Hiba Zahreddine, étudiante au doctorat travaillant sous sa direction.

Katherine Borden (image : IRIC Université de Montréal)Mme Borden, chercheuse principale à l'IRIC et professeure titulaire au Département de pathologie et biologie cellulaire de la Faculté de médecine de l'UdeM, Mme Zahreddine et leurs collègues ont mis en évidence une forme de multirésistance aux médicaments inconnue jusqu'alors, la glucuronidation des médicaments. « Nous avons découvert cette forme de résistance en cherchant à cibler le gène elF4E, un facteur responsable du cancer, par l'administration d'un médicament appelé la ribavirine. Ce médicament empêche la reproduction du code génétique de certains virus. Deux études cliniques ont démontré qu'il s'attaque avec succès à certains cancers. Toutefois, tous les patients finissent par faire une rechute, a indiqué Mme Borden. Selon nos découvertes, cela se produit parce que les cellules cancéreuses métabolisent les médicaments différemment l'une de l'autre et différemment des cellules normales. Nous avons suivi la voie chimique par laquelle se fait la désensibilisation aux médicaments pour remonter jusqu'à une protéine qui régit la reproduction de l'information génétique. Ainsi, nous avons pu désactiver la protéine et rétablir la sensibilité à la ribavirine et à l'Ara-C, un autre médicament anticancéreux contre lequel les cellules cancéreuses arrivaient à se défendre en évoluant. »

Cette percée marque le début d'un long voyage dans l'inconnu. « Il est probable que chaque cellule arrive à développer une multirésistance aux médicaments et que la glucuronidation ne soit pas le seul mécanisme de modification inductible. De plus, ce processus pourrait s'effectuer très rapidement, peut-être même en quelques semaines, a précisé la professeure Borden. “Je suis chercheuse, pas médecin.” Toutefois, “j'affirme ce que jusque-là, personne ne s'est aventuré à affirmer” : cette découverte est une bonne nouvelle pour les personnes qui veulent une “longue vie et prospérité”. En comprenant la portée des modifications inductibles et les voies chimiques qui rendent leur assimilation possible, nous montrerons sans aucun doute aux cellules cancéreuses que “toute résistance est futile”. »

Financement :
Cette recherche a été financée par une subvention des National Institutes of Health et du programme de recherche translationnelle de la Société de leucémie et lymphome. Elle a également l'appui de la Chaire de recherche du Canada en biologie moléculaire du noyau cellulaire. Mme Zahreddine est titulaire d'une bourse de recherche de la Fondation Cole et d'une bourse du Conseil national de la recherche scientifique au Liban. KatherineBorden souhaite également souligner le soutien offert par Pharmascience dans le cadre de ces travaux.

L'étude citée: 
Katherine L. B. Borden a publié « When Will Resistance Be Futile? » dans Cancer Research le 4 décembre 2014. La professeure Borden, Hiba Zahreddine et leurs collègues ont publié “The sonic hedgehog factor GLI1 imparts drug resistance through inducible glucuronidation” dans Nature le 28 mai 2014.

Relations avec les médias :
William Raillant-Clark
Attaché de presse à l'international - Université de Montréal
Tél. : 514 343-7593 | @uMontreal