L'UdeM se maintient dans le groupe des meilleurs employeurs de Montréal

Pour une seconde année consécutive, l'Université de Montréal se place dans le groupe des 30 meilleurs employeurs de Montréal, selon un classement constitué par la firme Mediacorp Canada. Ce palmarès est une déclinaison locale du prestigieux concours Canada's Top 100 employers, qui vise à mettre de l'avant les employeurs qui, au pays, se distinguent par leurs bonnes pratiques. «Des milliers d'organisations participent à ce concours, et cette deuxième reconnaissance à l'échelle montréalaise démontre clairement notre place parmi les meilleurs employeurs du pays», a déclaré le recteur Guy Breton, qui a tenu à remercier la centaine de personnes impliquées, de près ou de loin, dans la conception du dossier de candidature de l'Université.

 

«L'an passé, ce classement constituait une reconnaissance de nos bonnes pratiques. Cette année, le sentiment de fierté est accru, mais il y a également une certaine pression car nous savons que nous devons tout faire pour maintenir notre position dans une optique d'amélioration continue. Nous sommes conscients que nous pouvons perdre notre place d'une année à l'autre», explique Pascale Carrier. La directrice du développement stratégique à la Direction des ressources humaines fait remarquer que les effets de ces bonnes performances commencent à se faire sentir. «Si tous les candidats que nous recevons en entrevue sont interpellés par la mission de l'université, nombre d'entre eux font désormais référence à ce palmarès qui nous présente comme un employeur de choix». Selon le recteur Breton, ce classement vient contribuer au rayonnement de l'Université et à son pouvoir d'attraction. «Si l'UdeM souhaite être un bon employeur, c'est qu'elle croit fermement avoir les meilleures ressources et qu'il est important de les reconnaître et de préserver notre pouvoir d'attraction, notamment auprès de la relève», indique-t-il.

Des atouts de taille

Cette année encore, l'UdeM s'est distinguée sur de nombreux points : conditions financières et sociales avantageuses, pratiques favorisant les familles (prestations rehaussées lors des congés de maternité et de paternité, congés alloués aux parents en démarche d'adoption et l'existence d'une garderie en milieu de travail) ou bien encore qualité du soutien offert dans la planification de la carrière et de la retraite. Mediacorp Canada a également tenu à souligner les politiques encourageant la conciliation travail et vie personnelle. Pascale Carrier croit aussi que la richesse et la diversité du programme de formation proposé ainsi que l'engagement communautaire des employés sont des forces qui ont permis à l'UdeM de se distinguer.

L'Université de Montréal a-t-elle les atouts pour figurer parmi les 100 meilleurs employeurs canadiens? Mme Carrier est optimiste. «Chaque année, nous visons cet objectif mais la compétition est très importante. Nous avons cependant l'impression de ne pas être loin de l'objectif. L'an prochain, nous allons davantage travailler sur notre positionnement et mettre l'accent sur notre marque employeur, montrer que travailler à l'UdeM, c'est à la fois relever des défis, aider la société mais aussi être considéré.»

Vox pop : pourquoi aimez-vous travailler à l'Université de Montréal ? (février 2014)

L'UdeM parmi les meilleurs employeurs de Montréal (février 2014)