Un centre de soutien en pédagogie et en santé voit le jour dans Parc-Extension

  • Forum
  • Le 16 février 2015

  • Martin LaSalle

Hélène Éthier, directrice de l’école Barclay; Louise Poirier, doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation; et Josianne Robert, directrice du centre L’extensionDans deux jours sera inaugurée L'extension, un centre de soutien unique au pays en matière de pédagogie et de santé pour les enfants et leur famille qui résident dans le quartier Parc-Extension, considéré comme le plus défavorisé de l'Île-de-Montréal.

 

Il s'agit là d'une première, puisque ce centre, dont les locaux se trouveront à l'école Barclay au cours des premières années, est le fruit d'une collaboration entre trois unités de l'Université de Montréal, soit la Faculté des sciences de l'éducation (FSE), la Faculté de médecine dentaire (FMD) et l'École d'optométrie.

Le centre L'extension entend remplir une mission triple.

«D'une part, il proposera des soins et des services en intervenant auprès des enfants ayant des difficultés d'apprentissage et en leur offrant des soins buccodentaires et oculovisuels», dit Louise Poirier, doyenne de la FSE et instigatrice du projet.

«D'autre part, les étudiants des trois unités concernées bénéficieront d'un milieu de pratique encadré, qui les sensibilisera à une variété de réalités professionnelles ainsi qu'aux besoins de différentes communautés», poursuit Gilles Lavigne, doyen de la FMD.

«De même, le projet permettra d'alimenter la recherche scientifique afin de faire progresser des domaines d'expertise et des connaissances destinés à assurer de meilleurs soins et services aux communautés défavorisées, tout en offrant un accompagnement optimal aux divers intervenants», ajoute Christian Casanova, directeur de l'École d'optométrie.

Une idée devenue réalité

L'idée de créer un centre de services orthopédagogiques dans un milieu défavorisé a germé il y a longtemps dans l'esprit de Louise Poirier. Lorsqu'elle a été nommée doyenne de la FSE, en juin 2010, elle s'est appliquée à la concrétiser.

«Je voulais rallier les professeurs et les étudiants en sciences de l'éducation autour d'un projet visant à parfaire leur formation, tout en permettant à des élèves aux prises avec des difficultés d'apprentissage en milieu défavorisé de profiter de services spécialisés peu ou pas accessibles habituellement», explique-t-elle.

Mme Poirier a présenté son idée. «J'en ai parlé beaucoup et à beaucoup de gens», lance-t-elle en rigolant. L'idée a plu au Dr Lavigne et à M. Casanova, qui se sont dits prêts à déployer les ressources nécessaires à la réalisation d'un centre qui allierait pédagogie et santé.

Les voisins de Parc-Extension

Pour avoir une influence positive sur une communauté défavorisée et permettre aux étudiants d'établir des contacts significatifs avec les membres qui la composent, il était essentiel de prendre les devants et de l'implanter dans le milieu.

C'est ce que les trois unités d'enseignement de l'UdeM ont fait en choisissant Parc-Extension. «Ce quartier, qui est l'un des plus pauvres du Canada, n'est situé qu'à deux stations de métro du campus de la montagne et ses résidants sont nos voisins, à l'égard desquels nous avons une responsabilité sociale», affirme la doyenne de la FSE.

«Pour s'assurer d'avoir l'adhésion du milieu, il était impératif de bien cerner les besoins et spécificités de la communauté», indique Louise Poirier, qui est depuis plusieurs années membre du conseil d'administration du CSSS de la Montagne, qui englobe le quartier Parc-Extension.

Mécènes bienvenus

Dans un premier temps, le centre s'est installé à l'école Barclay, située avenue Wiseman, au cœur du quartier. Déjà, depuis octobre dernier, on y effectue des interventions en orthopédagogie. S'ajouteront prochainement la prévention et les soins de santé en médecine dentaire et en optométrie.

«Il nous faudra toutefois trouver des donateurs pour pouvoir offrir une gamme plus large de services à une population dont les besoins sont énormes», fait observer Mme Poirier.

En fait, la Faculté des sciences de l'éducation, la Faculté de médecine dentaire et l'École d'optométrie souhaitent éventuellement loger le centre dans un multiplex du quartier afin qu'il réponde de façon plus optimale aux demandes des familles.

«La mise en route du centre dépasse le cadre pédagogique de notre université, c'est pourquoi nous comptons aussi sur le soutien de la communauté pour contribuer au succès de ce projet unique dont l'objectif est de favoriser la persévérance et la réussite scolaires des élèves et d'assurer la santé oculaire et dentaire des familles de Parc-Extension», conclut Louise Poirier.

Martin LaSalle

N.B. : Les médias qui souhaitent assister à l'inauguration de l'extension le mercredi 18 février à 17h sont priés de contacter Benjamin Augereau, attaché de presse - Université de Montréal : 514-343-6796 | benjamin.augereau@umontreal.ca.

 


Le quartier Parc-Extension

Parc-Extension est le quartier le plus défavorisé du Québec. Pas moins de 41 % de sa population vit sous le seuil de faible revenu (17 239 $ par an), comparativement à 23 % à Montréal et à 13 % dans l'ensemble de la province. Avec une population issue à 60 % de l'immigration, 35 % des jeunes qui y grandissent n'obtiennent aucun diplôme ni aucune formation.

 

Sur le Web