C'est le mois de l'histoire des Noirs

Armand Cédric Poueme, Mamoudou Gazibo, Luce Gocko et Ben Marc Diendéré.Février est le Mois de l’histoire des Noirs au Canada et aux États-Unis. Des membres de la communauté universitaire nous parlent de cette histoire, faite d’immigration, de discrimination, d’intégration et… de gastronomie !

Ben Marc Diendéré
Vice-président Communications et affaires publiques, La Coop fédérée
Membre du Conseil d’administration de l’UdeM
Lauréat de la 25e édition du Mois de l’histoire des Noirs

Que pensez-vous du Mois de l’histoire des Noirs?
«Il y a une dizaine d’années, je vous aurais répondu que je n’y croyais pas. Je ne m’étais pas assez connecté au sens réel du Mois. Je n’avais pas encore réalisé que ma condition d’homme de minorité visible était profondément attachée à celle des autres minorités qui étaient ici. L’Africain et moi, le Haïtien et moi, l’Asiatique et moi, l’autochtone et moi, nous sommes tous reliés. Et même si je ne suis pas moi-même descendant d’esclaves, je suis touché par cette histoire des Noirs.» Lire la suite.

Luce Gocko
Technicienne en coordination de travail de bureau, Bureau développement et de relations avec les diplômés

D’où êtes-vous originaire?
«Je suis née au Congo-Brazzaville et j’ai émigré en France à l’âge de dix ans. Puis j’ai atterri à Montréal en 2008.»
Pourquoi Montréal?
«J’avais envie d’émigrer et Montréal me semblait plus accessible sur le plan professionnel. Mais j’avais peur du froid canadien! J’ai donc passé deux semaines à Montréal pour essayer, et j’ai aimé tout de suite, notamment l’absence de tensions entre les communautés culturelles. Et bien sûr, la beauté de la belle Province a été un critère de décision!» Lire la suite.

Mamoudou Gazibo
Professeur titulaire, Département de science politique

Que pensez-vous du Mois de l’histoire des Noirs?
«Vous savez, les Noirs sont,avec les Juifs, l’une des principales victimes collectives de l’Histoire. Nous avons subi l’esclavage et les colonisations et subissons encore les discriminations et les idées reçues. Le Mois de l’histoire des Noirs a été institué d’abord aux États-Unis, puis au Canada en vue de promouvoir une meilleure reconnaissance des Noirs et à promouvoir leurs droits. Ce n’est pas par hasard que le mois de février a été choisi. En effet, il comporte un ensemble de dates symboliques pour la communauté. Toutes les initiatives allant dans le sens des intérêts de la communauté sont bienvenues. Maintenant, est-ce que dans la pratique, les actions posées sont bien pensées et efficaces ? Je n’en suis pas certain et c’est à ce niveau que doit se situer le débat à mon avis.» Lire la suite.

Armand Cédric Poueme
Analyste au Bureau du registraire

Vous êtes né au Cameroun, vous avez vécu en Belgique et vous vivez au Québec depuis 2008. À quel pays vous identifiez-vous?
«Je ne dirais pas que je suis profondément Camerounais, Africain ou Québécois. Non pas parce que je renie mes racines, mais parce que je pense qu’en 2015, on est tous citoyens du monde.»
Souhaitez-vous retourner vivre au Cameroun?
«Il y a des choses intéressantes à faire au Cameroun. C’est un pays en voie de développement, donc si je peux apporter ma contribution, je serais très honoré. Mais c’est difficile de faire sa place, en tant que jeune, dans ces pays. En Amérique du Nord, je trouve qu’on fait plus de places aux jeunes. Alors dans l’immédiat, ce n’est pas dans mes plans!» Lire la suite.