Il y aura un nouveau programme en composition de jazz

  • Forum
  • Le 23 février 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé

(Photo: Thinkstock)La Faculté de musique de l'Université de Montréal offrira l'automne prochain un programme de majeure en composition et arrangement de jazz. Les membres de la Commission des études en ont approuvé le principe à leur réunion du 17 février.

 

Le nouveau programme marque une étape de plus vers la mise en place d'un baccalauréat en composition et arrangement de jazz, qui pourrait voir le jour dès 2017. Pour la Faculté de musique, cela représente «une insertion importante et essentielle dans le réseau universitaire francophone québécois et canadien qui suit logiquement le courant culturel et socioéconomique (festivals de jazz, musique jazz dans les films, publicités, théâtre, etc.)», comme on peut le lire dans le document de présentation.

La doyenne de la faculté, Isabelle Panneton, a rappelé que le programme d'études en interprétation jazz jouit d'une grande popularité dans le milieu musical québécois. Les étudiants intéressés par la composition et les arrangements seront désormais mieux servis. Un programme de maîtrise en jazz est déjà sur les tables à dessin.

Trois options au DEPA

L'École de santé publique créera trois options au diplôme d'études professionnelles approfondies (DEPA) en santé publique : Épidémiologie, Santé mondiale et Analyse de risque et toxicologie. Actuellement, le DEPA ne compte qu'une seule option : Analyse et management des systèmes de santé. Les nouvelles options s'inscrivent dans le contexte d'un doctorat professionnel en santé publique que l'UdeM souhaite proposer. L'implantation est prévue pour cet automne.

En médecine, la faculté offrira une option Pathologie moléculaire et médecine à la maîtrise en pathologie et biologie cellulaire. De plus, un microprogramme en pathologie cellulaire et médecine personnalisée accueillera ses premiers étudiants dans un avenir rapproché.

Le Département de biochimie et médecine moléculaire créera l'option Biochimie appliquée dans sa maîtrise en biochimie alors que l'option Cheminement avec stage sera abolie. Cette modification donnera au programme un «titre plus en conformité avec son contenu», selon le document de présentation.

Au Département de mathématiques et de statistique, on pourra s'inscrire à un microprogramme intitulé «Mise à niveau en mathématiques et statistique». Pour le représentant du département, Jean-François Angers, il s'agissait de permettre à des étudiants avec différentes formations initiales d'avoir un bagage de connaissances équivalent au moment de la rentrée d'automne, notamment pour l'accès à l'option Actuariat de la maîtrise en mathématiques.

À la Faculté de médecine dentaire, on modifiera des éléments de l'année préparatoire au programme de doctorat en médecine dentaire. Il s'agit de la troisième étape d'une révision de programme entreprise en 2013. Présente à la réunion, la vice-doyenne au développement pédagogique et à la qualité des programmes, Anne Charbonneau, a dit que la faculté a tenu compte des commentaires de la Commission de l'agrément dentaire du Canada et des étudiants. Ceux-ci apprécient déjà les changements proposés.

«AeroWorld»

HEC Montréal veut modifier deux de ses programmes. La maîtrise en administration des affaires (MBA) proposera le cheminement en arérospatiale baptisé «AeroWorld». La structure du MBA s'articule autour d'un tronc commun. L'étudiant choisit ses cours parmi 11 blocs de compétences comportant désormais la gestion en aérospatiale. Ce programme sera offert dans le privé et vise essentiellement des étudiants venant de l'étranger.

Par ailleurs, HEC Montréal verra son programme de maîtrise ès sciences en gestion enrichi d'une nouvelle option : Comptabilité professionnelle. Il s'agit essentiellement d'une réorganisation, car cette modification n'implique aucune création de cours, a mentionné Michelle Breton, représentante de l'établissement.

En début de séance, la registraire Marie-Claude Binette a présenté les plus récentes statistiques de l'inscription. La tendance semble encourageante en matière de demandes d'admission au premier cycle par comparaison avec l'an dernier.