Financement d'un programme phare en glycomique

Dr Alexey Pshezhetsky. Image : UdeMLes Réseaux de centres d'excellence du Canada ont annoncé le 6 février 2015 que le réseau national GlycoNet, nouvellement retenu dans leurs rangs, allait recevoir 27,3 millions de dollars sur cinq ans pour développer de nouveaux médicaments et vaccins contre des maladies comme la grippe, des maladies génétiques et le diabète, en misant sur le leadership international du Canada dans le domaine de la glycomique, discipline portant sur l'activité des sucres présents dans le corps.

 

Dr Alexey Pshezhetsky, chef de file mondial dans le domaine de la glycomique, actif en tant que chercheur au CHU Sainte-Justine et professeur titulaire au Département de pédiatrie et au Département de biochimie et de médecine moléculaire de l'Université de Montréal, compte parmi les chercheurs ayant reçu du financement dans le cadre de cette annonce. Dr Pshezhetsky travaillera avec ses collaborateurs de GlycoNet afin de comprendre si la variation de la teneur en acide sialique dans le sang représente un facteur de risque d'athérosclérose et de diabète chez l'humain.

À ce jour, le Dr Pshezhetsky et son équipe ont établi un lien entre l'acide sialique (un certain type de sucre) et des dérèglements courants du métabolisme, le diabète et l'athérosclérose. Plus précisément, ils ont découvert que la sialylation des récepteurs et des particules de cholestérol sanguin joue un rôle prépondérant dans le développement de la résistance à l'insuline, qui contribue au diabète de type 2 et à la formation d'un athérome, lequel restreint la circulation sanguine dans les cas d'athérosclérose. Le programme de Dr Pshezhetsky devrait progressivement se pencher sur l'étude du rôle de l'acide sialique dans la santé et la maladie à une échelle mondiale.

L'athérosclérose est la principale cause de maladies cardiovasculaires en général. Le diabète est l'une des principales causes de maladie et de décès prématurés. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le total des décès imputables à cette maladie devrait progresser de plus de 50 % au cours de la prochaine décennie.

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l'Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d'avenues prometteuses de médecine personnalisée, il  réunit plus de 200 chercheurs et 350 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord.

Source: Communications, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine