Un traitement préventif diminue de 86 % le risque d'infection au VIH

Le médicament Truvada. Image : Francois SwanepoelLes résultats de l'étude IPERGAY, menée par l'Agence nationale sur le sida (ANRS) en France en collaboration avec le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM), révèlent que la prise d'un traitement antirétroviral préventif au moment des rapports sexuels diminue de 86 % le risque d'infection au VIH.

 

Ces résultats très encourageants sont divulgués aujourd'hui dans le cadre de l'Annual Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI 2015) à Seattle. Plus de 350 hommes ayant des relations sexuelles non protégées avec d'autres hommes ont participé à cette étude en France et 53 au Canada via le Réseau canadien pour les essais VIH des IRSC.

Les patients ont été répartis aléatoirement en deux groupes; le premier devant prendre le Truvada au moment des rapports sexuels (deux pilules avant et deux doses séparées après) et l'autre, un placebo. Un ensemble de mesures préventives était offert aux participants, tel que des consultations individuelles, la distribution de préservatifs, des dépistages répétés du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles, la vaccination contre l'hépatite B, etc.

Dre Cécile Tremblay, chercheuse au CRCHUM et professeure titulaire au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l'Université de Montréal, a piloté le volet canadien de l'étude. Santé Canada a déjà approuvé le médicament Truvada comme traitement pour les personnes atteintes du sida, mais non pour un usage préventif. Dre Tremblay soutient que «les résultats de cette étude pourraient avoir un impact important en matière de santé publique, puisqu'aucun médicament n'est actuellement homologué au pays pour la prophylaxie pré-exposition au VIH, soit la prise d'un antirétroviral ‘à la demande' avant ou après une relation sexuelle».

Par ailleurs, dès que les résultats de cette étude se sont avérés positifs, le comité indépendant de l'étude IPERGAY de l'ANRS a recommandé d'offrir le Truvada à tous les participants de l'essai. Ainsi le groupe utilisant le placebo bénéficie des avantages de ce traitement encore à ce jour. La seconde phase de l'étude consistera à évaluer la tolérance du médicament sur les participants sur une plus longue période et son impact sur les comportements sexuels. Le caractère innovant de l'étude IPERGAY réside non seulement dans le traitement proposé mais également dans sa stratégie globale de prévention du VIH auprès des communautés plus à risque.

Source : Communications, Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)