Quand les étudiants se font commissaires d'art

Un travail pratique a permis à des étudiantes en histoire de l’art de réaliser toutes les étapes d’une exposition sur l’artiste Alain Laframboise.Trente et une étudiantes en histoire de l'art ont enrichi leur vision théorique de la discipline par un travail pratique qui les a amenées à réaliser toutes les étapes d'une exposition présentée au Carrefour des arts et des sciences de l'Université de Montréal sur l'artiste Alain Laframboise.

C'est la professeure Christine Bernier, responsable de la section histoire de l'art au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'UdeM, qui a voulu ajouter cette expérience au cours qu'elle donne sur les pratiques muséales.

«Nous entendons souvent dire que les étudiants ne connaissent pas la réalité du monde du travail ou encore qu'ils n'ont pas de contact avec les artistes. Eh bien, voilà deux critiques qui ne sont pas fondées ici», a résumé Mme Bernier.

L'exposition avait pour titre Construire le sens. L'artiste, Alain Laframboise, ancien professeur au département, a été généreux de son temps et a répondu aux mille questions des étudiantes, qui ont fait des recensions critiques de ses œuvres et conçu un très beau catalogue édité par L'ARgoT, la revue des étudiants en histoire de l'art.

«Les étudiants, qui travaillent souvent en solitaires, ont pu accomplir un travail collectif avec les responsables de la revue, avec l'association des étudiants du département, qui les a soutenus, et avec l'artiste», a mentionné Mme Bernier.

Cette exposition du Carrefour des arts et des sciences, composée principalement de collages et de photos, était en fait le préambule d'une autre exposition d'Alain Laframboise. En effet, le Centre d'exposition de l'Université de Montréal accueillera cet été une exposition, Le sens du quotidien (du 5 mai au 27 septembre), mise en circulation par le Musée d'art des Laurentides et conçue par le commissaire Carl Gilbert Murray, qui a lui aussi rencontré les étudiantes afin de leur expliquer en quoi consistait son travail.

Le projet de Mme Bernier se situe dans un prolongement des études muséales, les curatorial studies, qui permettent d'étudier différents aspects de l'exposition d'art : la médiation, la muséographie, le commissariat d'exposition ou encore l'évolution des pratiques expositionnelles.