Faire un don pour aider les étudiants à persévérer

  • Forum
  • Le 30 mars 2015

  • Paule Des Rivières

Andrée Mayrand Assez tôt dans sa vie professionnelle, alors qu'elle travaillait dans un organisme de recherche économique à Ottawa, Andrée Mayrand a pu constater que l'investissement du Canada en recherche et développement était inférieur à celui de plusieurs autres pays.

 

L'innovation qui résulte de ce financement favorise la prospérité du pays investisseur. Très vite, le lien entre la recherche universitaire et l'innovation a sauté aux yeux de Mme Mayrand.

Cette conviction s'est consolidée au fil des ans, mais elle a constaté comme bien d'autres que le financement public n'était pas à la hauteur des espoirs et des attentes.

«Pourtant, la réalité demeure, il faut aider nos étudiants, il faut encourager ceux qui se démarquent», dit Mme Mayrand, qui est à la tête de la direction de la gestion des placements à l'Université depuis 2001. À ce titre, elle a pu rencontrer des donateurs tout aussi bien que des titulaires de chaires de recherche. Et voir à quel point les premiers sont heureux de participer à l'avancement des connaissances.

«Pour moi, de telles rencontres sont réellement motivantes et inspirantes. Les grands donateurs sont très engagés envers l'Université», résume-t-elle.

C'est donc tout naturellement que Mme Mayrand, qui croit que l'éducation est le plus bel héritage qu'on puisse léguer, a elle aussi décidé de fournir sa part en acceptant que, pour plusieurs années, une certaine somme soit prélevée sur sa paie et versée au Fonds des bourses étudiantes.