L'écodesign stratégique fera l'objet d'un programme d'études

L'École de design de l'Université de Montréal et Polytechnique Montréal offriront l'automne prochain un nouveau diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en écodesign stratégique. C'est du moins le souhait des membres de la Commission des études qui, réunis le 16 mars, ont approuvé à l'unanimité ce projet qui intègre «les nouvelles disciplines du génie pour le développement durable, de la pensée design, de la prospective et de la gestion de la créativité».

 

 

Unique au Canada, ce programme veut «développer une nouvelle offre de produits et services innovante et responsable, s'adapter à une réglementation évolutive et concevoir de nouveaux modèles d'affaires durables», comme on peut le lire dans le document de présentation. Qu'est-ce que l'écodesign stratégique? Une approche combinant l'analyse du cycle de vie des produits, l'expertise du design industriel, l'écologie et la prospective stratégique.

Le programme sera composé de 18 crédits obligatoires, dont 6 alloués à une «mission professionnelle en écodesign» au Québec ou à l'extérieur de la province, et de 12 crédits de cours à option. HEC Montréal est associée au nouveau DESS comme établissement partenaire.

À la Faculté de l'aménagement, on propose de modifier la structure de la maîtrise en aménagement afin de donner suite au processus d'autoévaluation du programme d'études. D'ici à ce qu'on présente une maîtrise autonome en conservation du patrimoine, l'option Conservation du patrimoine bâti remplacera l'option Conservation de l'environnement bâti. Les contenus de cours et l'approche pédagogique seront mis à jour.

Du côté du DESS en journalisme, on élargit l'offre de cours en créant d'ici l'automne deux cours de trois crédits : Journalisme et information internationale et Journalisme à l'ère numérique.

Modifications en administration de la santé

À l'École de santé publique, on propose de modifier la maîtrise en évaluation des technologies de la santé en fonction des recommandations d'un groupe de travail mandaté pour repenser le programme d'études. Cette démarche fait suite notamment au désengagement des universités partenaires et au plan d'action qui a découlé du processus institutionnel d'évaluation des programmes. Les premiers inscrits seront accueillis dès cet automne. Un microprogramme et un diplôme d'études supérieures spécialisées seront créés.

Par ailleurs, l'École de santé publique et la Faculté des arts et des sciences élaboreront une maîtrise en biostatistique. Le programme d'études offrira aux étudiants «une formation méthodologique substantielle, comparable aux formations des programmes de maîtrise en statistique, tout en leur permettant de développer une expertise en biostatistique, comme l'explique le document de présentation. Les biostatisticiens jouent un rôle important dans la conception des études et de l'analyse des données de problèmes de recherche. Ils aident à formuler des questions scientifiques, à déterminer des techniques d'échantillonnage, à coordonner les procédures de collecte des données et à effectuer des analyses statistiques appropriées.» La maîtrise totalise 45 crédits.

À la Faculté de médecine, le baccalauréat en nutrition subit d'importantes modifications afin de répondre aux nouvelles réalités professionnelles. On adapte le contenu du programme en matière de nutrition publique entre autres. Les cours ont été revus ou bonifiés en science des aliments, en technologie alimentaire et en chimie alimentaire. Également, un cours de statistique est mis sur pied.

Il y aura création d'une majeure en soins préhospitaliers d'urgence avancés au Département de médecine de famille et médecine d'urgence. La formation de pointe permettra à l'étudiant d'«acquérir des connaissances avancées sur les divers systèmes du corps humain, sur certaines pathologies urgentes ainsi que sur les traitements avancés à administrer en milieu préhospitalier».

Cheminement honor en science politique

Au Département de géographie, il y aura bientôt un cheminement international destiné aux étudiants du baccalauréat spécialisé en géographie environnementale.

Le Département de science politique instaure pour sa part un cheminement honor au baccalauréat spécialisé en science politique.

Enfin, HEC Montréal revoit son programme de baccalauréat en administration des affaires et crée un programme de certificat en gestion de l'innovation.