Le Défi BioGENEius Sanofi Canada célèbre 22 ans de valorisation de la jeunesse scientifique

Le Carrefour des arts et des sciences de l'Université de Montréal a accueilli le 2 avril dernier la finale régionale du défi BioGENEius Sanofi Canada. Ce concours pancanadien vise à sensibiliser les élèves et les enseignants aux biotechnologies et à favoriser le développement de la relève dans trois sphères d'application de cette nouvelle science : la santé, l'agriculture et l'environnement. Cinq prix ont été offerts aux étudiants les plus méritants.

 

Justin Lessard-Wajcer, étudiant du Collège Jean-de-Brébeuf, a obtenu le premier prix pour avoir perfectionné et amélioré l'efficacité de la technique expérimentale de CLARITY en y construisant, notamment, un dispositif mécanique. CLARITY est une méthode qui vise à rendre le tissu du cerveau invisible en utilisant des hydrogels. Cette technique permettra d'obtenir des images plus détaillées de la structure des protéines et des acides nucléiques qui constitue l'organe. Son projet a été identifié grand gagnant dû à la qualité de sa présentation ainsi qu'à l'aspect novateur de ses démarches.

Eunice Linh You, étudiante du collège Marianopolis, a obtenu le deuxième prix pour avoir travaillé sur les bactéries magnétotactiques (MTB) qui ont été proposées comme microbots médicaux multifonctionnels qui peuvent être dirigés magnétiquement à travers le corps pour pénétrer les tumeurs et délivrer des médicaments chimio-thérapeutiques. Un système de canal microfluidique qui peut être visualisé sous le microscope a également été conçu pour déterminer l'existence d'un effet d'essaim bactérien.

Le troisième prix a été décerné à Liem Dam-Quang, étudiant du Collège Vanier, qui s'intéresse à l'étude de la viabilité de la production de chitosane, un dérivé de chitine, avec des enzymes du champignon Aspergillus niger. Avec l'aide d'outils bio-informatiques, l'étudiant a procédé au clone d'un gène produisant une enzyme de chitosane pour ensuite tester l'activité de cette protéine.

Le quatrième prix a été attribué à Weiting Xiong, étudiant du collège Jean-de-Brébeuf, qui a utilisé le Nhas, une protéine bactérienne pouvant capter des ions de sodium, pour dessaler l'eau de mer. En modifiant génétiquement des cellules E.coli de types BL21 et Artic Express, il a pu les induire et synthétiser une protéine recombinante formée du Nhas lié à une étiquette poly-histindine.

Le cinquième prix a été remis à Joey Labbé, étudiant de la polyvalente Sainte-Thérèse, qui s'intéresse aux réactions des différentes personnes par rapport aux différents allergènes. Le but de cette expérience est de comparer la réaction des cellules Dendritiques à différents types d'allergènes. Le résultat a permis à l'étudiant de mieux comprendre les réponses immunitaires par rapport aux allergies.

Le Projet SEUR, organisme parrainé par l'Université de Montréal, a comme mission de favoriser, chez les jeunes du secondaire et du CÉGEP, la poursuite du cursus scolaire, l'appropriation d'une culture scientifique, la sensibilisation aux carrières techniques et scientifiques ainsi que l'éveil aux études supérieures. Mis sur pied en 2000, l'organisme propose différentes activités : conférences dans les écoles secondaires, rencontres spécialisées avec un professionnel ou un chercheur, mentorat auprès des jeunes en démotivation scolaire, accompagnement de groupes d'élèves dans les entreprises et séjours d'exploration des perspectives d'études et de carrières sur le campus universitaire.

Dans le cadre de sa mission de Sensibilisation aux Études, à l'Université et à la Recherche, le Projet SEUR organise à titre de coordonnateur provincial, et ce depuis 2010, le Défi BioGENEius Sanofi Canada. Inspiré par la question « Comment allez-vous changer le monde? », les jeunes participants et participantes, en relation de mentorat avec des étudiants et étudiantes universitaires et des scientifiques de premier plan, travaillent sur d'étonnantes découvertes scientifiques susceptibles d'améliorer le quotidien de nombreux Canadiens et Canadiennes.