Même chez les plantes, l'habit ne fait pas le moine

En 5 secondes

Le kwongan a dévoilé les secrets souterrains du royaume végétal à des chercheurs de l'Université de Montréal et de l'University of Western Australia.

Le Kwongan est une région écologique unique du sud-ouest de l’Australie où l’on retrouve un type de végétation arbustive exceptionnellement riche en espèces. Photo : Courtoisie Etienne LalibertéLe Kwongan a dévoilé les secrets souterrains du royaume végétal à des chercheurs de l'Université de Montréal et de l'University of Western Australia. Le Kwongan est une région écologique unique du sud-ouest de l'Australie où l'on retrouve un type de végétation arbustive exceptionnellement riche en espèces, qui poussent sur des sols parmi les plus infertiles au monde.

 

Cette particularité a permis aux chercheurs de découvrir que les plantes utilisent une diversité époustouflante de stratégies d'acquisition des éléments nutritifs dans ces sols extrêmement infertiles. «En milieu naturel, les plantes adaptées aux sols infertiles utilisent presque toutes la même stratégie aérienne leur permettant d'utiliser les nutriments du sol très efficacement: elles produisent des feuilles très coriaces qui persistent pendant plusieurs années. Par contre, jusqu'à maintenant la diversité des adaptations souterraines des racines dans les sols très pauvres demeurait inconnue,» explique le professeur Etienne Laliberté, l'un des auteurs de l'étude.

En effet, selon leur étude publiée aujourd'hui dans la revue Nature Plants, le Kwongan contient presque toutes les adaptations d'acquisition des nutriments connues dans le monde végétal, sur des sols si pauvres que l'agriculture y est totalement impossible sans avoir recours à une quantité phénoménale de fertilisants. «Jusqu'ici, les scientifiques croyaient que la sélection naturelle aurait dû favoriser une seule stratégie racinaire particulièrement efficace pour l'acquisition des nutriments, étant donné l'extrême infertilité des sols, dit le professeur Laliberté. Or, contrairement à ce que l'on observe pour le feuillage, où les différentes espèces de plantes convergent toutes vers la même stratégie d'utilisation efficace des nutriments dans les feuilles, il ne semble pas exister de solution miracle d'acquisition des nutriments par les racines dans les sols très pauvres. Des plantes poussant côte-à-côte peuvent utiliser des stratégies complètement différentes avec autant de succès. C'était une surprise pour nous.»

Si les idées reçues font que les arbustaies semi-arides d'Australie sont perçues comme banales et homogènes, la réalité s'avère complètement différente. «Certaines plantes forment des symbioses racinaires avec des champignons, d'autres avec des bactéries, tandis que d'autres capturent et digèrent des insectes pour les nutriments qu'ils contiennent. De plus, un autre grand groupe d'espèces excrètent des composés organiques leur permettant d'augmenter la disponibilité des nutriments, dit Graham Zemunik, le premier auteur de l'étude. Le Kwongan australien est l'un des points chauds de la diversité végétale sur la planète, au même titre que les forêts tropicales». Cette qualité incite l'équipe scientifique à appuyer une initiative pour faire inscrire le Kwongan dans la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

«Partout dans le monde, on transforme les écosystèmes à un rythme effarant, déclare M Zemunik. Afin de protéger la biodiversité dans le mesure du possible, il essentiel de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes. Pour y parvenir, notre étude démontre l'importance d'étudier ce qui est dissimulé sous terre et qui n'est pas immédiatement perceptible.»

À propos de cette étude

Cette étude, financée par le Conseil australien de la Recherche et la Fondation Kwongan, fait partie d'un programme de recherche plus large mené par le professeur Etienne Laliberté explorant les liens entre la fertilité des sols, la biodiversité végétale et le fonctionnement des écosystèmes. Il est affilié à l'Institut de recherche en biologie végétale de l'Université de Montréal et à son département des sciences biologiques. Il est également affilé à la School of Plant Biology de l'University of Western Australia, où il était superviseur de doctorat du premier auteur de l'étude, Graham Zemunik.

Référence : Zemunik G., Lambers H., Turner B.L. et E. Laliberté (2015). Diversity of plant nutrient-acquisition strategies increases during long-term ecosystem development. Nature Plants. doi:

Personne-ressource auprès des médias

William Raillant-Clark
Attaché de presse à l'international
Université de Montréal
Tél. : 514 343-7593