Subvention de 1,8 M$ pour la création d'un pôle de recherche interventionnelle en toxicomanie au Canada

Dre Julie Bruneau (image : CRCHUM)La Dre Julie Bruneau, chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM), obtient une subvention majeure des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) à titre de chercheuse principale pour diriger le volet du Québec et des Maritimes de l'Initiative Canadienne sur l'abus de substances. Le financement octroyé s'élève à 1,8 millions pour les cinq prochaines années.

 

La ministre de la Santé du Canada, Rona Ambrose, a annoncé aujourd'hui la création d'un nouveau programme national en toxicomanie, l'Initiative Canadienne sur l'abus de substances. Cet investissement de 7,2 M $ sert à la formation d'un consortium constitué de quatre équipes de recherche : Québec-Maritimes (Université de Montréal), Ontario (Centre for Addiction and Mental Health), Prairies (Université de l'Alberta) et Colombie-Britannique (Université de Colombie-Britannique). Inspiré du National Institute on Drug Abuse aux États-Unis, il a pour mandat d'accélérer le transfert des connaissances scientifiques vers le développement de nouveaux traitements, incluant des approches pharmaceutiques et des interventions psychologiques auprès des consommateurs de drogues.

« L'objectif est de générer des connaissances qui permettront de transformer les pratiques et les interventions en abus de substances, de la prévention au traitement », explique la Dre Julie Bruneau, professeure au Département de médecine familiale et médecine d'urgence de l'Université de Montréal et chef du département de médecine générale du CHUM. L'initiative porte essentiellement sur les drogues illicites et la consommation non médicale de drogues pharmaceutiques.

« Notre équipe intègre des chercheurs provenant de plusieurs universités et institutions, des cliniciens, des membres de la communauté et des décideurs politiques, ce qui permettra d'accélérer l'implantation de pratiques de pointe émergeant des résultats de la recherche. Il s'agit aussi d'un moyen extraordinaire d'abattre les préjugés entourant la toxicomanie et le sentiment d'impuissance qui l'accompagne », ajoute-t-elle. De plus, cette initiative permettra de développer des synergies avec les autres équipes canadiennes, afin d'améliorer drastiquement la santé et le bien être des personnes affectées par l'abus des drogues, ainsi que leur entourage.

L'abus de substances est défini comme l'usage exagéré de drogues mettant à risque de développer la toxicomanie. Il s'agit d'un grave problème de santé publique. Au Canada, 700 000 personnes souffrent de troubles liés aux substances, principalement la cocaïne, les stimulants comme les amphétamines et le cannabis. Au Québec, 9 % des étudiants du secondaire consomment du cannabis au moins une fois par semaine et 5 % en abusent, selon le dernier bilan de l'Institut de la statistique du Québec.

Que ce soit pour la prévention ou pour la prise en charge de la toxicomanie, les approches basées sur des données probantes sont peu nombreuses et ne bénéficient pas d'une implantation systématique. Plusieurs projets de recherche verront le jour au cours des prochaines années dans le cadre l'Initiative Canadienne sur l'abus de substances, notamment pour cibler la prévention et le traitement des personnes aux prises avec l'abus des médicaments d'ordonnance.

Source : Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal

-30-

À propos de Julie Bruneau

La Dre Julie Bruneau est chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM), professeure au Département de médecine familiale et médecine d'urgence de l'Université de Montréal et chef du département de médecine générale du CHUM. Elle dirige le pôle Québec – Maritimes de l'Initiative Canadienne sur l'abus de substances, composé de 61 chercheurs.  Experte reconnue en médecine de la toxicomanie, elle a contribué à la mise sur pied d'un programme de traitement de substitution aux opiacés au Québec et participé au débat social plus large sur l'accès aux seringues et les stratégies de réduction des méfaits.

À propos du CRCHUM

Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) améliore la santé chez l'adulte par un continuum de recherche universitaire de haut niveau qui, en améliorant la compréhension des mécanismes étiologiques et pathogéniques, favorise le développement, l'implantation et l'évaluation de nouvelles stratégies préventives, diagnostiques et thérapeutiques. Le CRCHUM offre un environnement de formation assurant une relève engagée dans une recherche d'excellence. crchum.chumontreal.qc.ca

À propos de l'Université de Montréal

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l'Université de Montréal compte parmi les plus grandes universités dans le monde et notamment au sein de la francophonie. Elle a été fondée en 1878, et compte aujourd'hui 16 facultés et écoles. Elle forme avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, le premier pôle d'enseignement supérieur et de recherche du Québec et l'un des plus importants en Amérique du Nord. L'Université de Montréal réunit 2 500 professeurs et chercheurs et accueille plus de 60 000 étudiants. www.umontreal.ca

Renseignements :

Pour les médias francophones :

Isabelle Girard

Conseillère en information

CRCHUM

Téléphone : +1 514 890-8000 poste 12725

isabelle.girard.chum@ssss.gouv.qc.ca

 

Pour les médias anglophones et allophones :

William Raillant-Clark

Attaché de presse international

Université de Montréal

Téléphone : +1 514 343-7593

w.raillant-clark@umontreal.ca