Tracy Ying Zhang, étudiante chercheuse-étoile du mois de mai

Tracy Ying Zhang, stagiaire postdoctorale en études et recherches internationales à l'Université de Montréal, est nommée étudiante chercheuse-étoile du mois de mai par les Fonds de recherche du Québec. Photo : FRQTracy Ying Zhang, stagiaire postdoctorale en études et recherches internationales à l'Université de Montréal, est nommée étudiante chercheuse-étoile du mois de mai par les Fonds de recherche du Québec.

Sa publication primée, Bending the body for China: the uses of acrobatics in Sino-US diplomacy during the Cold War, parue dans l'International Journal of Cultural Policy le 3 octobre 2014, lui permet de remporter le Fonds Société et culture.

«La plupart des études sur l'histoire culturelle de la Guerre Froide se penchent majoritairement sur l'influence de l'exportation mondiale de la culture américaine dans le cadre de la guerre psychologique entre l'est communiste et l'ouest. Mes recherches sur la diplomatie acrobatique chinoise font état d'une production culturelle non américaine, exposant ainsi des logiques politiques alternatives. De plus, l'analyse des rôles joués par les acrobates dans les communications politiques permet d'éviter la présence d'une narration centrée et orientée sur l'État. Par conséquent, mon approche offre une compréhension nuancée de la politique étrangère chinoise envers l'Amérique du Nord et met l'emphase sur la participation d'acteurs non-étatiques dans le processus diplomatique international.»

Cette étude de cas se concentre sur l'importance des arts et de la culture dans la valorisation des relations politico-économiques mondiales.

Afin de se documenter, Tracy Ying Zhang a réalisé des entrevues avec des acrobates chinois qui ont visité les États-Unis à titre de diplomates culturels dans les années 1970. De plus, elle a effectué des recherches au sein de plusieurs bibliothèques et archives aux États-Unis, en Chine et au Canada.

La compréhension de l'évolution du secteur acrobatique de la Chine et de ses effets sur l'industrie mondiale du cirque pourra aider les décideurs politiques, les compagnies de cirque et les artistes du Québec à identifier leurs intérêts mutuels et les facteurs déterminants qui leur permettraient de collaborer plus efficacement avec les troupes d'acrobates chinois.

Source : FRQ