Votez pour l'UdeM au concours «La preuve par l'image»

En 5 secondes

Des membres de la communauté universitaire figurent parmi les finalistes de la 6e édition du concours «La preuve par l'image», organisé par l'Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Des membres de la communauté universitaire figurent parmi les finalistes de la 6e édition du concours «La preuve par l'image», organisé par l'Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Le concours, qui vise à mettre en valeur les images issues de recherches effectuées au Québec en plus de susciter l'intérêt du public à l'endroit des sciences, s'adresse à toute personne exerçant des activités de recherche.

Le public est invité à désigner sa photo coup de cœur en votant en ligne d'ici le 16 août prochain.

Pistil et étamine en toute intimité

Youssef Chebli et Anja Geitmann, Université de Montréal

Voici une scène de lit végétale mettant en vedette Arabidopsis thaliana, un organisme modèle en recherche fondamentale. Son organe reproducteur mâle, l'étamine (en orangé), est responsable de la formation du gamétophyte mâle. Ce pollen atterrit sur le stigmate du pistil (vert foncé) et se rend jusqu'aux ovules enfouis dans les ovaires (vert pâle). En plus d'assurer la pérennité des plantes, ce processus est essentiel à la genèse des fruits et des graines que nous consommons. Les chercheurs de ce laboratoire souhaitent éclaircir le processus de fécondation afin d'améliorer la reproduction végétale, la production de semences, et mieux comprendre la biodiversité du vivant. Image prise en microscopie électronique à balayage.

Casse-tête végétal

Amirhossein Jafari Bidhendi , Université de Montréal

Nous sommes sur la peau d'une feuille d'Arabidopsis thaliana. On y remarque deux types de cellules. Le premier type, de forme circulaire, est l'orifice (stomate) par lequel la plante respire. Mais c'est l'autre, aux contours en zigzag, qui intéresse le chercheur. Celui-ci veut comprendre comment et pourquoi la paroi de ces cellules se développe ainsi. Cette paroi cellulaire est composée de microfibrilles de cellulose dont la distribution influence la forme. Très rigides, ces microfibrilles procurent une résistance à la traction semblable à celle de l'acier. En approfondissant ce lien entre la forme et les fonctions, le chercheur souhaite mieux comprendre pourquoi certaines espèces de végétaux sont mieux adaptées à un environnement plutôt qu'à un autre. Les échantillons ont été «colorés» à l'aide d'un fluorophore se liant spécifiquement à la cellulose.

Le bal coloré des nanolanternes

David Rioux, École Polytechnique Montréal

Ces tourbillons colorés sont des nanoparticules d'alliages or-argent en suspension dans l'eau. Ces particules reflètent la lumière en « produisant » une couleur bien précise. Cette couleur varie en fonction de la taille des particules, mais surtout selon le ratio or-argent qui les compose. Les 6 premiers flacons contiennent des nanoparticules de 60 nm de diamètre; de l'argent pur à gauche à l'or pur à droite, en passant par différents alliages. Le 7e flacon contient aussi des particules d'or pur, mais de 100 nm de diamètre. Ces minuscules billes lumineuses présentent un fort potentiel d'usages en imagerie biomédicale, permettant notamment de rendre les cellules observables.

Pour voter, cliquez ici.

Sujets