Maxine Boudreau, étudiante chercheuse étoile du mois de juin

En 5 secondes

Maxine Boudreau, étudiante au doctorat en psychologie au Département de psychologie de l’UdeM, est la lauréate du Fonds Santé du concours Étudiants-chercheurs étoiles pour le mois de juin.

Maxine Boudreau, étudiante au doctorat en psychologie au Département de psychologie de l'Université de Montréal, est la lauréate du Fonds Santé du concours Étudiants-chercheurs étoiles pour le mois de juin. Maxine Boudreau, étudiante au doctorat au Département de psychologie de l'Université de Montréal, est la lauréate du Fonds Santé du concours Étudiants-chercheurs étoiles pour le mois de juin.

 

Une bourse de 1 000 $ lui a été remise pour sa publication Mediator effect of depressive symptoms on the association between BMI and asthma control in adults publiée dans la revue CHEST.

«Les taux élevés d'obésité chez les asthmatiques soulèvent des questions sur les facteurs de risque de l'asthme, mais aucune recherche à ce jour n'a pu établir de liens véritables entre asthme et obésité. Nous avons étudié la question en considérant l'influence des symptômes dépressifs sur la relation obésité-asthme, puisque des études épidémiologiques antérieures ont démontré que l'augmentation de l'indice de masse corporelle (IMC) peut être liée à une incidence accrue de l'asthme, ce qui peut entraîner une dégradation de la fonction pulmonaire, du contrôle de l'asthme et de la qualité de vie. Nos résultats indiquent que les symptômes dépressifs ont un effet médiateur sur la relation entre l'IMC et le contrôle de l'asthme. Nous avons observé que l'obésité et l'asthme peuvent être fortement influencés par les états d'humeur négatifs tels que la dépression, probablement par des voies de comportement qui conduisent les individus à trop manger et se chercher des aliments riches en gras lors de périodes de détresse.»

Cette étude permettra aux professionnels de la santé d'envisager l'influence négative des symptômes dépressifs au moment d'évaluer le contrôle de l'asthme et la fonction pulmonaire chez les patients asthmatiques en surpoids. Cela pourrait mener au développement d'interventions ciblées dans des cohortes de patients atteints d'asthme identifiés comme étant à risque afin de prévenir le gain de poids associé à la morbidité de l'asthme. Une formation clinique pourrait donc être offerte aux médecins et aux professionnels de la santé qui ne sont pas outillés pour l'évaluation des troubles psychiatriques afin de mieux détecter la présence de symptômes dépressifs.