Vous portez un appareil cardiaque?

En 5 secondes

Une nouvelle étude démontre que les interférences électromagnétiques des lignes à haute tension peuvent nuire au fonctionnement des appareils cardiaques.

Les personnes qui portent un appareil cardiaque devraient limiter leur exposition aux lignes à haute tension, affirme la Dre Katia Dyrda. Photo : Thinkstock.Les personnes qui portent un appareil cardiaque devraient limiter leur exposition aux lignes à haute tension, affirme la Dre Katia Dyrda, de l'Institut de cardiologie de Montréal et de l'Université de Montréal, qui a présenté son étude aujourd'hui à la conférence EHRA EUROPACE - CARDIOSTIM 2015. 

Sa recherche sur les interférences électromagnétiques (IEM) donne suite à des préoccupations du public quant au passage de pistes cyclables et de sentiers pédestres sous des lignes à haute tension (230 kV et plus). Son but était de déterminer si la situation représente un danger pour les personnes portant un appareil cardiaque. On trouve des champs électriques semblables dans les sous-stations de transport d'électricité. Les employés qui montent les lignes à haute tension, qui effectuent des travaux d'entretien ou qui travaillent à l'intérieur de ces bâtiments (les préposés au ménage, par exemple) peuvent y être exposés.

«Les champs électriques intenses peuvent interférer avec le fonctionnement des appareils cardiaques, ce qui peut compromettre la thérapie (la stimulation anti-bradycardie, par exemple) ou provoquer des stimulations inappropriées. Selon l'Organisation internationale de normalisation, les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs cardioverteurs implantables (DCI) doivent posséder une résistance aux champs électriques d'une intensité allant jusqu'à 5,4 kV/m (pour les champs 60 Hz), mais ceux-ci peuvent atteindre 8,5 kV/m sous les lignes à haute tension et 15 kV/m dans les sous-stations», signale la Dre Dyrda, qui note «un intérêt grandissant pour faire passer des pistes cyclables et des sentiers pédestres sous les lignes à haute tension, car ce sont des espaces essentiellement inutilisés. Mais les patients et le monde médical veulent connaître les risques. Les fabricants d'appareils cardiaques ne font aucune recommandation sur les lignes à haute tension et les champs électriques intenses.»

Dans le cadre de l'étude, 40 appareils cardiaques (21 stimulateurs cardiaques et 19 DCI) de cinq fabricants ont été exposés en laboratoire à des champs électriques allant jusqu'à 20 kV/m. Les appareils ont été installés dans un réservoir de solution saline à la hauteur d'un torse humain, de manière à simuler des implants pectoraux gauche et droit. Il s'est avéré que les simulateurs cardiaques, lorsque programmés aux paramètres nominaux et en mode bipolaire, résistaient aux IEM jusqu'à 8,6 kV/m. Par contre, le seuil de résistance de ces appareils, lorsque programmés à une sensibilité plus élevée ou en mode unipolaire, diminuait considérablement, jusqu'à 1,5 kV/m pour certains modèles. Les DCI, pour leur part, résistaient tous aux IEM jusqu'à 2,9 kV/m lorsque programmés aux paramètres nominaux. Il n'y avait aucune différence dans les seuils de résistance aux IEM entre les implants placés du côté gauche ou du côté droit.

«Il n'y a pas de préoccupation notable pour les patients portant un stimulateur cardiaque programmé dans la configuration habituelle (paramètres nominaux et mode bipolaire). Par contre, la minorité de patients dont l'appareil est en mode unipolaire ou réglé à une haute sensibilité devrait être informée au moment de l'implantation ou lors du suivi médical, explique la Dre Dyrda. Il n'est pas nécessaire que les patients portant un stimulateur cardiaque ou un DCI évitent de passer sous les lignes à haute tension (230 kV et plus), mais ils devraient éviter de s'y attarder. Passer près des pylônes plutôt qu'entre eux réduit l'exposition au champ électrique, car les fils pendent entre deux pylônes; comme ils sont plus proches du sol à cet endroit, le champ est plus intense.»

La Dre Dyrda souligne que ces conseils ne concernent pas les lignes de distribution (celles qui acheminent l'électricité aux habitations), car le champ électrique de 60 Hz qu'elles génèrent est très faible. Elle précise : «Des patients nous demandent s'ils doivent éviter de circuler sur des routes qui sont traversées par des lignes à haute tension. La réponse est non. La personne est toujours protégée dans un véhicule, car celui-ci agit comme une cage de Faraday qui bloque automatiquement le champ électrique.»

Les employés qui portent un stimulateur ou un défibrillateur cardiaque devraient le déclarer à leur employeur, afin que la sécurité de leurs conditions de travail soit minutieusement évaluée, insiste Katia Dyrda. «Notre étude a testé les effets des champs électriques d'une intensité allant jusqu'à 20 kV/m; nos résultats peuvent servir à évaluer les risques pour la personne en fonction du degré d'exposition durant une tâche spécifique et selon le type et le modèle d'appareil cardiaque. Cela peut aboutir à une réorganisation des tâches et, plus rarement, à un changement d'emploi.»

Source : Adaptation de documents fournis par le service de presse de la Société européenne de cardiologie (SEC)

 

Remarques

La Dre Katia Dyrda est affiliée au Département de médecine de l'Université de Montréal et à l'Institut de cardiologie de Montréal. Elle présentera son résumé de recherche intitulé «Interference resistance of pacemakers and defibrillators to 60 Hz electric fields» lors de la séance d'affiches 5 : Devices (Pacing), le 23 juin à 8 h 3.

Demandes d'interview

Service de presse de la SEC
+33-062-884-3113

À propos d'EHRA EUROPACE - CARDIOSTIM

EHRA EUROPACE - CARDIOSTIM est une conférence internationale réputée qui réunit des leaders d'opinion, des scientifiques reconnus, des médecins, des professionnels de la discipline et des représentants de l'industrie.

À propos de l'Association européenne du rythme cardiaque (EHRA)

La Société européenne de cardiologie (SEC) représente plus de 80 000 professionnels en cardiologie de l'Europe et de la Méditerranée. Sa mission est de lutter contre les maladies cardiovasculaires en Europe. L'Association européenne du rythme cardiaque (EHRA) est une agence enregistrée de la SEC. Son but est d'améliorer la qualité de vie de la population européenne en luttant contre les effets néfastes des arythmies cardiaques et la mortalité subite par arrêt cardiaque.

Information pour les journalistes assistant à la conférence EHRA EUROPACE - CARDIOSTIM 2015

EHRA EUROPACE - CARDIOSTIM 2015 se déroule du 21 au 24 juin au MiCo Milano Congressi à Milan (Italie). Le programme scientifique complet est disponible ici.

Pour s'inscrire sur place, veuillez présenter une carte de presse valide ou une lettre d'affectation appropriée avec une preuve de publication de trois articles récents (en cardiologie ou sur un sujet dans le domaine de la santé, ou sur un événement antérieur de la SEC).

Les représentants de l'industrie ou de leurs agences de relations publiques et les représentants d'agences de gestion d'événements, de marketing ou de communications ne sont pas admissibles à l'inscription de presse.

Personne-ressource de l'Université de Montréal

William Raillant-Clark
Attaché de presse à l'international
Université de Montréal
Tél. : 514 343-7593 | @uMontreal