Les curseurs d'ordinateur passent au 3D

En 5 secondes

Des chercheurs de l'Université de Montréal présentent une nouvelle technologie à la conférence SIGGRAPH 2015.

Photo : Hybridlab, Université de Montréal.Des chercheurs de l'Université de Montréal ont mis au point des techniques permettant aux curseurs d'ordinateur d'interagir en 3D dans des applications mono-utilisateur, multi-utilisateur, locales ou à distance.

Le système dévoilé aujourd'hui à Los Angeles, dans le cadre de la conférence SIGGRAPH 2015, n'a pas pour but de faire de Word une expérience IMAX, mais plutôt d'offrir aux designers la possibilité de naviguer dans leurs esquisses et de les modifier en manipulant des objets 3D avec des interactions 3D.

«Notre nouvelle technologie remet en question ce qu'un curseur peut ou ne pas faire,» explique Tomás Dorta, chercheur principal à l'École de design de l'Université de Montréal. «En fait, le curseur devient un instrument de dessin et de contrôle. Pour démontrer les techniques que nous dévoilons aujourd'hui, nous contrôlons le curseur à partir d'une tablette, mais des dispositifs comme les téléphones intelligents ou les montres intelligentes pourront éventuellement être utilisés parce qu'ils ne reposent pas nécessairement sur le référencement externe des mouvements.»

Que signifie la notion de plan de contrôle? «L'analogie que nous utilisons pour expliquer la façon dont le curseur réussit à sélectionner des objets dans l'espace est celle du Filet à papillons – il suffit d'effectuer un mouvement de balayage avec le curseur 3D, précise le professeur Dorta. Le designer peut utiliser des gestes ou des mouvements, par exemple le pincement ou l'inclinaison, pour manipuler des objets.» Aux fins de la démonstration, les chercheurs ont choisi d'utiliser leurs curseurs 3D avec le système de design Hyve-3D, un environnement 3D complètement immersif qui permet de dessiner directement sur des tablettes portatives et de se servir de celles-ci pour manipuler les esquisses et créer un modèle en 3D dans un espace.Un designer immergé dans la conception d'un salon par exemple pourrait utiliser cette technique pour visualiser différents ameublements à l'échelle et même peaufiner la décoration. Les images immersives sont le résultat d'une illusion d'optique créée au moyen d'un projecteur d'images à haute résolution, d'un écran sphérique concave en tissu d'un diamètre de 5 m, et d'un miroir en forme de dôme servant à projeter les images sur l'écran. Des techniques spécialisées permettent de projeter en temps réel la scène en 3D sous forme sphérique.

Le lancement du système Hyve-3D et du curseur 3D est appuyé par Univalor, la société responsable de lacommercialisation des innovations technologiques de l'université, et l'entreprise en démarrage Hybridlab inc. Plusieurs brevets sont en instance. «Nous croyons que les applications du curseur 3D vont bien au-delà des esquisses et pourraient comprendre notamment la conception architecturale, l'imagerie médicale et bien sûr les jeux informatiques, ajoute M. Dorta. Il n'est nullement question ici de gadgétiser le curseur, mais plutôt de repenser la façon dont les humains interagissent avec les ordinateurs dans le cadre du processus de création.»

À propos de la conférence SIGGRAPH 2015

La conférence SIGGRAPH 2015 réunit des milliers de professionnels de l'infographie et des technologies interactives des six continents à Los Angeles et offrira les programmes de formation technique et créative les plus respectés de l'industrie portant sur la recherche, la science, l'art, l'animation, la musique, les jeux vidéo, l'interactivité, l'éducation, et le Web, du 9 au 13 août 2015 au Los Angeles Convention Centre. La conférence SIGGRAPH 2015 prévoit trois jours pendant lesquels seront présentés des produits et services offerts sur le marché de l'infographie et des technologies interactives du 11 au 13 août 2015. Pour obtenir plus de renseignements au sujet de cet événement, consultez le site Web de la conférence SIGGRAPH 2015, sa page Facebook ou encore son fil Twitter.

À propos de Tomás Dorta, Ph. D.

Tomás Dorta détient une expérience d'architecte et de designer praticien. Ses intérêts de recherche portent sur le processus de design et le co-design au moyen de nouvelles technologies, ainsi que sur la mise au point de nouvelles techniques et de nouveaux dispositifs de design à l'aide de la réalité virtuelle. Il a obtenu son doctorat en 2001 en étudiant l'impact de la réalité virtuelle comme outil de visualisation sur le processus de design. Ses recherches ont été largement subventionnées par des instituts de recherche provinciaux et fédéraux, publiées dans des revues scientifiques et présentées à l'occasion de multiples conférences internationales. M. Dorta a amorcé sa carrière en enseignement en 2003 à l'École de design de l'Université de Montréal, où il est maintenant professeur agrégé. Il y enseigne aux cycles supérieurs en design et en infographie et donne des ateliers de design industriel portant sur les nouvelles technologies, le design collaboratif et la bionique. Tomás Dorta est le directeur du Laboratoire de recherche en design Hybridlab, et le designer principal du système Hyve-3D de même que le cofondateur et directeur de Hybridlab inc.

À propos d'Univalor

Univalor est une société de valorisation de la recherche universitaire. Depuis plus de 13 ans, Univalor s’emploie à commercialiser les découvertes scientifiques et les innovations technologiques issues des travaux de quelque 2600 chercheurs de l’Université de Montréal et ses centres de santé affiliés, de Polytechnique Montréal et de HEC Montréal. Le ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations participe au financement des opérations de Gestion Univalor, S.E.C. En créant des liens entre l’université et le monde des affaires, Univalor contribue à rendre les entreprises plus compétitives, à générer des revenus pour la recherche, et, surtout, à enrichir la société.