Bernard Émond lance un film tourné à l'UdeM

  • Forum
  • Le 17 août 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé
Bernard Émond réalise un film inspirée d’une nouvelle d’Anton Tchekhov.

Bernard Émond réalise un film inspirée d’une nouvelle d’Anton Tchekhov.

Crédit : ACPAV.

En 5 secondes

Bernard Émond réalise Le journal d'un vieil homme, un long métrage inspiré d'une œuvre d'Anton Tchekhov et tourné en partie à l'Université de Montréal.

«J'ai aimé enseigner. C'est là seulement que je pouvais m'abandonner tout entier à ma passion», dit le professeur de médecine interprété par Paul Savoie dans le dernier film de Bernard Émond, Le journal d'un vieil homme.

Tourné en partie à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, il est inspiré d'une nouvelle d'Anton Tchekhov, Une banale histoire, transposée dans le Montréal du 21e siècle.

«C'est le récit d'un homme parvenu au terme de sa vie qui porte un regard empreint de mélancolie sur le sens de l'existence, explique le cinéaste en entrevue àForum. Mais ce n'est pas un film triste, car l'affection qu'il ressent pour sa fille adoptive, et qui le lui rend bien, lui donne un élan positif. Le vieil homme constate qu'il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien, mais que l'amour demeure.»

L'auteur de la «trilogie théologale» sur la foi, l'espérance et la charité (La neuvaine, Contre toute espérance etLa donation) n'aborde pas la pratique religieuse dans cette nouvelle création. «Le personnage principal dit qu'il ne croit pas en Dieu et qu'il le regrette. C'est la seule évocation religieuse du film», indique le cinéaste, qui a fait à l'UdeM un baccalauréat et une maîtrise en anthropologie, en 1973 et 1977.

De l'œuvre de Tchekhov, un écrivain qu'il côtoie depuis son adolescence avec une admiration toujours renouvelée, il évoque la pertinence du propos. «Il a bien fallu adapter certains éléments comme la relation avec sa fille adoptive, Katia, présentée dans le texte original comme sa “pupille”. Mais l'essentiel du texte a été conservé», raconte-t-il.

La jeune femme dans la trentaine qui émeut tant le vieil homme pourrait être décrite comme une représentante de la génération X qui doute d'elle-même et du monde qui l'entoure. Est-ce donc l'histoire de deux pessimistes qui se rencontrent? «Pas du tout, rectifie Bernard Émond. Nicolas, le professeur, a été toute sa vie un diffuseur de connaissances. Il a cru profondément en la science et la médecine. C'est seulement à la fin de sa vie, alors qu'il se sait atteint d'une maladie incurable, qu'il constate leurs failles.»

Marié avec une femme beaucoup plus jeune que lui, mais qui semble vivre sur une autre planète, et père d'une fille qu'il ne comprend pas, il est happé par la tristesse de Katia. Celle-ci suscite en lui un sentiment de tendresse inattendu.

Bande-annonce «Le journal d'un vieil homme»
En lecture:

Bande-annonce «Le journal d'un vieil homme»

Comme un grand-père

C'est la première fois que Bernard Émond adapte à l'écran une histoire écrite par un autre que lui. «J'ai beaucoup aimé l'expérience. Ça m'a donné l'impression d'être comme le grand-père qui partage les meilleurs moments de la vie d'un enfant mais sans les responsabilités du parent», commente-t-il en riant.

C'est avec plaisir qu'il a pu tourner sur les lieux de sonalma mater pendant trois jours entiers. «Je voulais absolument que mon histoire se déroule dans le pavillon de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. J'adore l'architecture d'Ernest Cormier.»

Le cinéaste est également satisfait de la collaboration avec les responsables de l'UdeM qui ont facilité le travail de l'équipe de tournage. Un professeur de médecine a été consulté sur la façon dont on a abordé l'enseignement et le bureau du cabinet de la doyenne de la Faculté de médecine a été prêté pour quelques scènes.

Dans Le journal d’un vieil homme, Paul Savoie incarne un professeur de médecine en fin de carrière. La scène est tournée dans un local de l’Université de Montréal.

Crédit : ACPAV.

Lancé en première mondiale à la Semaine de la critique du Festival international du film de Berlin en février dernier, Le journal d'un vieil homme sort dans une dizaine de salles du Québec le 21 août.

Le film sera présenté au Ciné-Campus de l’UdeM les 20 et 21 octobre prochains.