Décès du musicologue, professeur et pianiste Ramón Pelinski

En 5 secondes

La Faculté de musique est en deuil d'un collègue et pédagogue.

La direction, le corps enseignant, le personnel ainsi que de très nombreux étudiants et diplômés de la Faculté de musique de l'Université de Montréal se recueillent à la mémoire de Ramón Pelinski, qui fut enseignant à la Faculté pendant deux décennies.

Décédé le 6 juillet dernier à l'âge de 82 ans, Ramón Pelinski aura occupé une place de premier plan à la Faculté de musique en plus d'assumer, à titre de musicologue et de pianiste, une carrière des plus actives sur la scène montréalaise et internationale.

Né en Argentine, Ramón Pelinski a étudié le piano, la composition et la philosophie au Conservatoire de Córdoba. Il se rendit ensuite à Paris (1959-60) où il fut admis dans la classe de Jacques Chailley (musicologie) à la Sorbonne et dans celle d'Olivier Messiaen (analyse) au Conservatoire. Il étudia par la suite la philosophie à l'Université de Cracovie (1960-61) avec Roman Ingarden ainsi que la musicologie à l'Université de Munich.

Ramón Pelinski (1932-2015).

Ramón Pelinski vint ensuite au Canada où il fut d'abord professeur de musicologie à l'Université d'Ottawa (1973-77). À compter de 1976, il se joignit au corps enseignant de la Faculté de musique de l'Université de Montréal où il fut professeur agrégé puis titulaire jusqu'en 1995. Ses aires de spécialisation ciblèrent tout particulièrement la musique des Inuit, la musique traditionnelle espagnole et le tango argentin. Il a publié de nombreux articles consacrés à ces sujets en Allemagne, en Argentine, en Espagne et au Canada.

M. Pelinski fonda le premier groupe de tango argentin au Canada, Tango X 4 (1978-88), dont il fut le pianiste attitré. Cet ensemble se produisit à Montréal, Québec et Toronto ainsi qu'à la Metropolitan Opera House de New York et à Paris. En 1984, il fonda Tango X 3 consacré au tango argentin traditionnel puis, en 1989, Métatango dédié au tango contemporain dans le style d'Astor Piazzolla. Pour ces ensembles, il a également composé des œuvres telles que Tango de malheur, Une image et L'Expatrié.

À la Faculté de musique de l'Université de Montréal , «Ramón Pelinski fut un grand pédagogue et humaniste, doté d'une exceptionnelle érudition», souligne Monique Desroches, professeure titulaire en ethnomusicologie et directrice du Laboratoire de recherche sur les musiques du monde (LRMM) et du Laboratoire d'ethnomusicologie et d'organologie (LEO) . «Maitrisant plusieurs langues, il incarnait à merveille cette pédagogie transversale des savoirs et savoir-faire, étant lui même musicien, musicologue, ethnomusicologue et philosophe. Dans cette perspective, il a d'ailleurs fondé la revue scientifique «TRANS».

On appréciait également chez lui son sens de l'humour : il aimait bien rappeler aux nouveaux étudiants que ceux et celles qui étaient venus suivre le cours de Roman Polanski s'étaient trompés et que son nom était bien Ramón Pelinski! C'était une personnalité forte, agréable, un être chaleureux, respectueux des points de vue de chacun. Il aura profondément marqué le cheminement de plusieurs étudiants et j'en suis», conclut Mme Desroches.

La direction et le personnel de la Faculté de musique offrent leurs plus sincères condoléances à la famille et aux amis de Ramón Pelinski, ainsi qu'aux étudiants, diplômés et collègues qui ont eu le privilège de le côtoyer durant son parcours d'exception.