Médecine de la douleur : une première au Québec

En 5 secondes

Grâce à ce nouveau programme de résidence, offert dès 2015, le CHUM jouera un rôle de premier plan dans la formation des médecins spécialistes.

Dre Aline Boulanger, anesthésiste et directrice de laClinique antidouleur du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), dirigera le tout premier programme de surspécialité de médecine de la douleur au Québec. Mal méconnu, la douleur chronique est peu abordée dans la formation des médecins généralistes et spécialistes. Il s'agit pourtant d'un grave problème de santé publique qui affecte près du quart de la population.

« Grâce à ce nouveau programme de résidence, offert dès 2015, le CHUM jouera un rôle de premier plan dans la formation des médecins spécialistes, se réjouit Dre Aline Boulanger. La douleur chronique a d'importantes répercussions sur la qualité de vie des gens qui en souffrent. Perte d'emploi, séparation et recul financier font souvent partie des deuils que ces personnes doivent vivre, explique-t-elle. Une meilleure prise en charge de la douleur, de façon précoce, peut avoir une incidence positive sur la vie des personnes atteintes. »

Une collaboration entre huit établissements affiliés à l'Université de Montréal

La surspécialité en médecine de la douleur est offerte aux spécialistes dans huit disciplines médicales, notamment l'anesthésiologie, la neurologie, la médecine d'urgence et la physiatrie. Afin d'offrir aux spécialistes la formation la plus adaptée à leur future pratique, le CHUM offrira des stages en rotation dans différents établissements de santé affiliés à l'Université de Montréal. Les spécialistes bénéficieront de deux programmes de simulation uniques, conçus au Centre d'apprentissage de l'Académie CHUM, et d'approches novatrices fondées sur les plus récents résultats de recherche.

Qu'est-ce qu'une surspécialité?

Après l'obtention de leur doctorat, les médecins peuvent choisir l'une des 54 spécialités médicales reconnues par le Collègue des médecins du Québec. La spécialisation exige cinq années d'études additionnelles. Les spécialistes peuvent également s'intéresser à un secteur très pointu de leur champ de pratique. Au terme de deux autres années d'études, ils deviennent des postdoctorants (fellows) et exercent dans un centre hospitalier universitaire qui accueille les personnes les plus gravement atteintes.