Les programmes d'études autochtones sont lancés

  • Forum
  • Le 24 septembre 2015

  • Mathieu-Robert Sauvé

En 5 secondes

Les nouveaux programmes en études autochtones ont été officiellement inaugurés le 21 septembre en présence du ministre Geoffrey Kelley et du recteur Guy Breton.

En lançant Mitig, la Semaine autochtone de l'Université de Montréal, le 21 septembre, le recteur Guy Breton a rappelé la présence millénaire des Premières Nations en Amérique. «Quand j'entends dire que nous sommes tous des immigrants, je tiens à rectifier les choses. Il y avait des gens ici avant l'arrivée des Européens!» a-t-il mentionné devant une assemblée réunissant le ministre responsable des Affaires autochtones du gouvernement du Québec, Geoffrey Kelley, et une cinquantaine de convives au pavillon Lionel-Groulx.

L'histoire de l'Amérique ne débute pas en 1492 mais des milliers d'années plus tôt, a déclaré quant à lui le chef des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard. Il s'est dit très heureux de voir les études autochtones faire leur entrée à l'Université de Montréal. «Au point où j'ai envie de retourner aux études», a-t-il ajouté.

La doyenne intérimaire de la Faculté des arts et des sciences, Tania Saba, l'a invité à joindre le geste à la parole en s'inscrivant à l'un des nouveaux programmes d'études lancés par le Département d'anthropologie. Une mineure et un module en études autochtones ont accueilli leurs 21 premiers étudiants à la rentrée de l'automne et les inscriptions sont en cours pour le trimestre d'hiver. Le Département de littératures et de langues du monde travaille de son côté à mettre sur pied un diplôme d'études supérieures spécialisées sur les récits autochtones.

Initiatrice de cette nouvelle offre pédagogique, Marie-Pierre Bousquet, professeure au Département d'anthropologie et spécialiste des Algonquins, s'est réjouie de la participation de plusieurs départements et facultés à la réalisation d'un objectif commun. «On dénombre actuellement 350 millions d'autochtones dans le monde et ces gens sont au centre des transformations de l'humanité», a-t-elle commenté.

Accueillis par la musique du groupe autochtone Buffalo Hat Singers, fondé par l'Anichinabé Norman Achneepineskum, les invités ont assisté à un récital de poésie chantée par Nicole O'Bomsawin, une Abénaquise diplômée universitaire en muséologie et anthropologie qui a obtenu en 2011 un doctorat honoris causa de l'Université de Montréal. Mme O'Bomsawin a souhaité voir de nombreux autochtones acquérir une formation universitaire. «Même s'ils risquent de se perdre dans les corridors comme cela m'est arrivé quand j'ai entamé mon parcours d'étudiante!» a-t-elle évoqué.

Elle a terminé son discours en faisant référence à ses mocassins, fabriqués par les artisans de sa nation. Elle les a enfilés en pensant aux futurs étudiants en anthropologie d'origine autochtone. «Mets tes mocassins et marche!»