La Fête des récoltes : une finale couronnée de succès!

En 5 secondes

Mercredi dernier a lieu un 5 à 7 tout particulier aux Jardins éphémères sous des allures festives pour souligner la fin de la saison.

Tout l'été, des organismes du quartier Outremont ont déployé leur savoir-faire en agriculture urbaine et en apiculture pour créer «les jardins éphémères» sur le site du futur complexe des sciences et de génie de l'UdeM. Tous les mercredis, la communauté universitaire, le citoyens du quartier et le grand public étaient invités à un 5 à 7 (5 à salades) pour rencontrer les intervenants du projet, se procurer des laitues cueillies le jour même, recevoir des conseils de jardinage ou partager leurs intérêts avec d'autres passionnés.

Mercredi dernier a lieu un 5 à 7 tout particulier sous des allures festives pour souligner la fin de la saison : c'est en présence des cinq partenaires des projets éphémères et de leurs bénévoles qu'a eu lieu l'événement, auquel a pris part le recteur de l'UdeM, Guy Breton. Grâce à une température clémente et un soleil radieux, l'atmosphère était à la fête : animation musicale, bouchées et des cocktails sans alcool, c'est plus d'un soixantaine de personnes qui sont venues visiter les lieux, acheter des légumes cultivés sur place, goûter au miel produit par les abeilles du campus de l'UdeM et  discuter avec les jardiniers et responsables des différents organismes partenaires.

C'est à l'initiative d'Alexandre Beaudoin, conseiller en biodiversité à l'UdeM, que les jardins éphémères ont vu le jour. Il s'est lancé avec la collaboration d'Héritage Laurentien dans la culture de l'asclépiade afin de favoriser la reproduction du papillon monarque, dont c'est la plante hôte. «Nous voulions constituer ici une ferme urbaine à partir de projets proposés par différents organismes du quartier. Le défi était de mettre tout ce monde-là autour de la table et d'arriver à un projet commun», relate-t-il.

C'est donc à lui que Madeleine Rhéaume s'est adressée lorsqu'elle a eu l'idée de consacrer une partie des terrains disponibles à du jardinage communautaire, en 2013. «Le site d'Outremont est très enclavé et entouré de clôtures. C'est un endroit où l'on n'a pas l'habitude d'aller. Il est pourtant très riche et possède un fort potentiel, comme on le voit aujourd'hui», dit la coordonnatrice des relations avec la communauté du Site Outremont.

Le souhait d'y attirer les membres de la communauté universitaire afin qu'ils s'approprient au plus vite cette extension du campus sur la montagne s'est concrétisé cet été. Cette première saison confirme que l'Université de Montréal redonne un quartier à la Ville et y intégre les citoyens dès le début.