Une étude fait la lumière sur l'innocuité du cannabis médical

En 5 secondes

Dr. Mark Ware de McGill et Dre. Aline Boulanger de l’UdeM démontrent l’innocuité à long terme de la consommation de cannabis chez les patients souffrant de douleur chronique.

Une équipe de chercheurs canadiens dirigée par le Dr Mark Ware, de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) à Montréal, vient de compléter une étude multicentrique sur l'innocuité du cannabis médical chez les patients souffrant de douleur chronique. Les chercheurs ont découvert que des patients atteints de douleur chronique qui avaient consommé quotidiennement du cannabis pendant un an n'avaient pas expérimenté plus d'effets indésirables graves que ceux qui n'en avaient pas pris. L'étude, dont les résultats viennent d'être publiés en ligne dans The Journal of Pain, servira de référence pour les travaux futurs sur les effets secondaires du cannabis utilisé à des fins médicales pour gérer la douleur.

«C'est la première étude d'envergure sur l'innocuité à long terme de la consommation de cannabis chez les patients souffrant de douleur chronique, explique l'auteur principal, le Dr Mark Ware, spécialiste de la douleur à l'Hôpital général de Montréal du CUSM et professeur agrégé en médecine de famille et en anesthésie à l'Université McGill. Nous avons découvert que le cannabis médical semble avoir un profil d'innocuité avantageux lorsqu'il est utilisé par des patients qui sont considérés comme des consommateurs expérimentés et qui participent à un programme thérapeutique de douleur chronique sur une période d'un an.»

Dans le cadre de l'étude COMPASS (Cannabis for the Management of Pain: Assessment of Safety Study - COMPASS), débutée en 2004, les chercheurs ont suivi 215 patients adultes souffrant de douleur chronique (non associée au cancer) qui prenaient du cannabis médical. Cette cohorte de patients a été comparée à un groupe témoin de 216 patients également atteints de douleur chronique qui ne consommaient pas de cannabis. L'étude a été réalisée dans sept centres qui possèdent une expertise en gestion de la douleur à travers le Canada (situés à Fredericton, Halifax, London, Montréal, Toronto et Vancouver).

Les consommateurs de cannabis avaient accès à du cannabis sous forme d'herbe contenant 12,5 % de THC provenant d'un producteur de cannabis autorisé. Les patients se procuraient le cannabis tous les mois à la pharmacie de l'hôpital des sites participants, après s'être soumis aux rendez-vous et aux tests nécessaires. Durant leur suivi, en plus de l'information sur les effets indésirables du cannabis, les participants ont dû passer des tests de la fonction pulmonaire et cognitive et ont été interrogés sur leur niveau de douleur, leur humeur et leur qualité de vie. Plusieurs participants se sont également soumis à une série complète d'analyses sanguines, incluant la biochimie de routine, la fonction hépatique et rénale et le taux de certaines hormones. Les patients ont consommé en moyenne 2,5 grammes de cannabis par jour sous la forme d'administration souhaitée (fumée, vaporisée ou ingérée) au cours de l'étude.

«Nos données révèlent que les consommateurs quotidiens de cannabis ne couraient pas plus de risque de subir d'effets indésirables graves que les non-utilisateurs (groupe témoin), explique la Dre Aline Boulanger, professeure clinique au Département d'anesthésiologie de l'Université de Montréal et l'une des co-auteurs de l'étude et directrice du Centre d'expertise de la douleur chronique au Centre Hospitalier de l'Université de Montréal. Nous n'avons trouvé aucune preuve d'effets indésirables sur les fonctions cognitives et pulmonaires ou dans les analyses sanguines des consommateurs de cannabis. À l'inverse, nous avons remarqué que les consommateurs de cannabis toléraient nettement mieux la douleur, présentaient moins de détresse à l'égard des symptômes et disaient avoir une meilleure humeur et une meilleure qualité de vie par rapport au groupe témoin.»

Cependant, les chercheurs ont remarqué une augmentation du risque d'effets indésirables sans gravité chez les consommateurs de cannabis médical, tels que des maux de tête, des nausées, des étourdissements, la somnolence et des problèmes respiratoires associés au tabagisme.

«Il est important de tenir compte des limites de l'étude, ajoute le Dr Ware. Les patients ont été recrutés sur une base volontaire, ils n'étaient pas sélectionnés au hasard et pour la plupart, ils consommaient déjà du cannabis à des fins médicales. Il semble donc que cette option thérapeutique soit relativement sécuritaire lorsqu'elle est utilisée par des personnes qui considèrent que ça les aide. Toutefois, nous ne pouvons pas tirer de conclusions hâtives quant à l'innocuité du cannabis chez les nouveaux utilisateurs.»